-
Admin ]
Aller au contenu ]
Accueil du sitePublicationsChauves-souris du Poitou-Charentes - Atlas préliminaire
- Petit Rhinolophe - Grand Rhinolophe - Rhinolophe euryale - Murin de Daubenton - Murin à moustaches - Murin à oreilles échancrées - Murin de Natterer - Murin de Bechstein - Grand Murin, Petit Murin - Noctule commune - Noctule de Leisler - Grande Noctule - Sérotine commune - Pipistrelle commune - Pipistrelle de Nathusius - Pipistrelle de Kuhl - Pipistrelles indéterminées - Oreillard roux - Oreillard gris - Oreillard indéterminé - Barbastelle d’Europe - Minioptère de Schreibers - Crapaud accoucheur - Salamandre tachetée - Triton alpestre - Triton palmé - Triton crêté - Triton marbré - Triton de Blasius - Sonneur à ventre jaune - Pélobate cultripède - Pélodyte ponctué - Crapaud commun - Crapaud calamite - Rainette arboricole - Rainette méridionale - Grenouille rousse - Grenouille agile - Grenouille de Lessona - Grenouille de Perez - Grenouille rieuse - Grenouille verte - Grenouille de Graf - Xénope du Cap - Cistude d’Europe - Tortue de Floride - Orvet fragile - Lézard vert occidental - Lézard des souches - Lézard ocellé - Lézard des murailles - Seps strié - Couleuvre verte et jaune - Coronelle lisse - Coronelle girondine - Couleuvre d’Esculape - Couleuvre vipérine - Couleuvre à collier - Vipère aspic - Grèbe castagneux - Grèbe huppé - Grèbe à cou noir - Butor étoilé - Blongios nain - Héron bihoreau - Aigrette garzette - Héron gardeboeufs - Crabier chevelu - Héron cendré - Héron pourpré - Cigogne noire - Cigogne blanche - Cygne tuberculé - Tadorne de Belon - Canard chipeau - Sarcelle d’hiver - Canard colvert - Sarcelle d’été - Canard souchet - Nette rousse - Fuligule milouin - Fuligule morillon - Bondrée apivore - Milan noir - Circaète Jean-le-Blanc - Busard des roseaux - Busard Saint-Martin - Busard cendré - Autour des palombes - Epervier d’Europe - Buse variable - Faucon crécerelle - Faucon pèlerin - Faucon hobereau - Perdrix rouge - Perdrix grise - Caille des blés - Faisan de Colchide - Râle des genêts - Marouette ponctuée - Râle d’eau - Poule d’eau - Foulque macroule - Outarde canepetière - Oedicnème criard - Echasse blanche - Avocette élégante - Petit Gravelot - Gravelot à collier interrompu - Vanneau huppé - Bécasse des bois - Courlis cendré - Chevalier gambette - Chevalier guignette - Mouette rieuse - Mouette mélanocéphale - Goéland argenté - Goéland leucophée - Goéland brun - Goéland marin - Mouette tridactyle - Sterne pierregarin - Sterne naine - Guifette noire - Pigeon colombin - Pigeon ramier - Tourterelle turque - Tourterelle des bois - Coucou gris - Effraie des clochers - Hibou moyen-duc - Chouette hulotte - Hibou des marais - Chouette chevêche - Petit-duc scops - Engoulevent d’Europe - Martinet noir - Huppe fasciée - Martin-pêcheur d’Europe - Guêpier d’Europe - Torcol fourmilier - Pic vert - Pic cendré - Pic mar - Pic épeiche - Pic épeichette - Pic noir - Alouette calandrelle - Cochevis huppé - Alouette des champs - Alouette lulu - Hirondelle de rivage - Hirondelle rustique - Hirondelle de fenêtre - Pipit rousseline - Pipit des arbres - Pipit farlouse - Pipit maritime - Bergeronnette printanière - Bergeronnette des ruisseaux - Bergeronnette grise - Cincle plongeur - Troglodyte mignon - Accenteur mouchet - Rougegorge familier - Rossignol philomèle - Gorgebleue à miroir - Rougequeue noir - Rougequeue à front blanc - Tarier des prés - Tarier pâtre - Traquet motteux - Merle noir - Grive musicienne - Grive draine - Bouscarle de Cetti - Cisticole des joncs - Locustelle tachetée - Locustelle luscinioïde - Phragmite des joncs - Rousserolle effarvatte - Rousserolle turdoïde - Hypolaïs polyglotte - Fauvette pitchou - Fauvette orphée - Fauvette grisette - Fauvette des jardins - Fauvette à tête noire - Fauvette babillarde - Pouillot véloce - Pouillot de Bonelli - Pouillot siffleur - Pouillot fitis - Roitelet huppé - Roitelet triple-bandeau - Gobemouche noir - Gobemouche gris - Panure à moustaches - Mésange à longue queue - Mésange nonnette - Mésange huppée - Mésange noire - Mésange bleue - Mésange charbonnière - Sittelle torchepot - Grimpereau des jardins - Pie-grièche écorcheur - Pie grièche grise - Pie grièche à tête rousse - Geai des chênes - Loriot d’Europe - Pie bavarde - Choucas des tours - Corbeau freux - Corneille noire - Etourneau sansonnet - Moineau domestique - Moineau friquet - Moineau soulcie - Pinson des arbres - Serin cini - Verdier d’Europe - Chardonneret élégant - Linotte mélodieuse - Bouvreuil pivoine - Bec-croisé des sapins - Gros-bec cassenoyaux - Bruant jaune - Bruant zizi - Bruant ortolan - Bruant des roseaux - Bruant proyer
Statut de l’article :
Monographie
Présence géographique :
Vienne Deux sèvres Charente Charente-maritime Réserve du Pinail
Myotis emarginatus *(Geoffroy, 1806)
Murin à oreilles échancrées
Monographie du Murin à oreilles échancrées dans le cadre de l’atlas régional des chauves-souris du Poitou-Charentes : statut de l’espèce, répartition régionale, effectifs, fréquence, gîtes utilisés, habitats et terrains de chasse, ...

Poitou-Charentes Nature

PJ

Statut de protection

Protection nationale : Article 1

Directive Habitats : Annexes 2 et 4

Convention Berne : Annexe 2

Convention Bonn : Annexe 2

Liste Rouge Nationale : Vulnérable

Liste Rouge Mondiale : Vulnérable

Répartition régionale

Le Murin à oreilles échancrées est une espèce encore méconnue en Poitou-Charentes.

Sa répartition actuelle indique une présence dans les quatre départements de la région mais la rareté des informations collectées ne permet pas de dire si l’espèce est répandue ou localisée. Elle est en effet impossible à distinguer par l’utilisation de détecteurs d’ultrasons hétérodynes et n’a été que rarement capturée en phase d’activité.

En hiver, la totalité des données provient de prospections souterraines menées dans les quatre départements de la région.

Effectifs régionaux

En janvier 1999, la population de Murin à oreilles échancrées fréquentant les 30 sites souterrains les plus importants du Poitou-Charentes au plan chiroptérologique était composée d’environ 1600 individus.

Répartition départementale de l’effectif de Murin à oreilles échancrées en janvier 1999

Répartition des Murin à oreilles échancrées
Répartition des Murin à oreilles échancrées
L’effectif est de l’ordre d’une vingtaine de pourcents pour la Charente-Maritime. Un faible pourcentage (quelques %)se occupe le département de la Charente. Le reste de l’effectif, soit environ 80%, se situe dans le département de la Vienne. Le département des Deux-Sèvres n’accueille pas de population de Murin à oreilles échancrées.

La Vienne héberge la plus importante population hivernale connue avec plus de 1100 animaux, dont 350 dans une même cavité.

Les seules colonies de parturition connues en 1998 se situent en Charente-Maritime, en Vienne et en Deux-Sèvres où une colonie d’environ 80 femelles a résidé durant deux années consécutives près de l’entrée de la Grotte de Loubeau.

Le gîte de reproduction le plus important se trouve en Charente-Maritime et rassemble entre 1500 et 3000 individus dans une carrière souterraine abandonnée. Il s’agit d’une des plus importantes colonies d’Europe.

A l’automne, ce site est déserté et le gîte d’hibernation utilisé par tous ces animaux reste à découvrir. Il est probable que les Murins à oreilles échancrées se dispersent et, éventuellement, qu’une partie d’entre eux ne fréquente pas le milieu souterrain ou s’insinue trop profondément dans les fissures pour être repéré.

Fréquence

Le Murin à oreilles échancrées est noté dans 18 % des mailles prospectées, soit lors des prospections en milieu souterrain, soit lors des visites de gîtes potentiels (milieu bâti) ou encore lors de séances de captures.

Gîtes utilisés

En hiver, l’espèce n’est pour l’heure connue qu’en milieu hypogé. Elle fréquente des grottes naturelles ainsi que des carrières souterraines. Les animaux de Vienne forment des essaims visibles aux plafonds de carrières souterraines.

En Charente et en Charente-Maritime, cette espèce apparaît comme strictement fissuricole. Les Murins se logent, parfois par dizaines, dans de profondes fissures de quelques centimètres de large. Il devient alors très difficile de les dénombrer et les effectifs avancés pourraient donc être largement sous-estimés pour ces départements.

En période d’activité, les animaux fréquentent des bâtiments (églises, maisons) et des cavités souterraines chaudes où ils forment des essaims, généralement en compagnie d’autres espèces (Grand Rhinolophe, Rhinolophe euryale, Grand Murin ou Minioptère).

Habitats et terrains de chasse

Peu de données ont été récoltées sur l’utilisation de l’habitat par cette espèce en phase de chasse.

En Charente-Maritime, le suivi des animaux après émergence a permis de voir qu’ils longent des linéaires de haies, s’attardent près de mares et fréquentent des milieux semi-ouverts humides où alternent prairies, haies et boisements lâches. Là, ils disparaissent sans qu’il soit possible de dire quel est le type d’habitat privilégié.

Dans ce même département, une capture a été effectuée sur un chemin entre une haie et une rivière sans que l’on sache si l’animal était en chasse ou en déplacement.

En cours de nuit, et en période automnale particulièrement, de nombreux Murins à oreilles échancrées fréquentent des cavités souterraines ou des abris sous roche où leur présence n’est pas décelée en journée.

Statut patrimonial et évolution des populations

Nous ne disposons que de rares données quantitatives permettant de déterminer une tendance d’évolution de la population de Murin à oreilles échancrées du Poitou-Charentes. Sur la majorité des sites suivis, il ne semble pas y avoir de déclin évident de l’espèce.

Néanmoins, étant donnée l’importance de la population régionale, le Poitou-Charentes joue un rôle majeur dans la conservation de l’espèce au niveau européen. Il paraît essentiel que le principal gîte de reproduction connu bénéficie de mesures de protection strictes et durables et ce de façon prioritaire.

Des études complémentaires paraissent en outre indispensables pour connaître la dispersion des animaux en période hivernale et assurer le maintien de leurs gîtes d’hibernation.

PJ.


Pour télécharger la fiche pratique 2010 sur le Murin à oreilles échancrées cliquez ici.