-
Admin ]
Aller au contenu ]
Accueil du sitePublicationsAmphibiens et Reptiles du Poitou-Charentes - Atlas préliminaire
- Petit Rhinolophe - Grand Rhinolophe - Rhinolophe euryale - Murin de Daubenton - Murin à moustaches - Murin à oreilles échancrées - Murin de Natterer - Murin de Bechstein - Grand Murin, Petit Murin - Noctule commune - Noctule de Leisler - Grande Noctule - Sérotine commune - Pipistrelle commune - Pipistrelle de Nathusius - Pipistrelle de Kuhl - Pipistrelles indéterminées - Oreillard roux - Oreillard gris - Oreillard indéterminé - Barbastelle d’Europe - Minioptère de Schreibers - Crapaud accoucheur - Salamandre tachetée - Triton alpestre - Triton palmé - Triton crêté - Triton marbré - Triton de Blasius - Sonneur à ventre jaune - Pélobate cultripède - Pélodyte ponctué - Crapaud commun - Crapaud calamite - Rainette arboricole - Rainette méridionale - Grenouille rousse - Grenouille agile - Grenouille de Lessona - Grenouille de Perez - Grenouille rieuse - Grenouille verte - Grenouille de Graf - Xénope du Cap - Cistude d’Europe - Tortue de Floride - Orvet fragile - Lézard vert occidental - Lézard des souches - Lézard ocellé - Lézard des murailles - Seps strié - Couleuvre verte et jaune - Coronelle lisse - Coronelle girondine - Couleuvre d’Esculape - Couleuvre vipérine - Couleuvre à collier - Vipère aspic - Grèbe castagneux - Grèbe huppé - Grèbe à cou noir - Butor étoilé - Blongios nain - Héron bihoreau - Aigrette garzette - Héron gardeboeufs - Crabier chevelu - Héron cendré - Héron pourpré - Cigogne noire - Cigogne blanche - Cygne tuberculé - Tadorne de Belon - Canard chipeau - Sarcelle d’hiver - Canard colvert - Sarcelle d’été - Canard souchet - Nette rousse - Fuligule milouin - Fuligule morillon - Bondrée apivore - Milan noir - Circaète Jean-le-Blanc - Busard des roseaux - Busard Saint-Martin - Busard cendré - Autour des palombes - Epervier d’Europe - Buse variable - Faucon crécerelle - Faucon pèlerin - Faucon hobereau - Perdrix rouge - Perdrix grise - Caille des blés - Faisan de Colchide - Râle des genêts - Marouette ponctuée - Râle d’eau - Poule d’eau - Foulque macroule - Outarde canepetière - Oedicnème criard - Echasse blanche - Avocette élégante - Petit Gravelot - Gravelot à collier interrompu - Vanneau huppé - Bécasse des bois - Courlis cendré - Chevalier gambette - Chevalier guignette - Mouette rieuse - Mouette mélanocéphale - Goéland argenté - Goéland leucophée - Goéland brun - Goéland marin - Mouette tridactyle - Sterne pierregarin - Sterne naine - Guifette noire - Pigeon colombin - Pigeon ramier - Tourterelle turque - Tourterelle des bois - Coucou gris - Effraie des clochers - Hibou moyen-duc - Chouette hulotte - Hibou des marais - Chouette chevêche - Petit-duc scops - Engoulevent d’Europe - Martinet noir - Huppe fasciée - Martin-pêcheur d’Europe - Guêpier d’Europe - Torcol fourmilier - Pic vert - Pic cendré - Pic mar - Pic épeiche - Pic épeichette - Pic noir - Alouette calandrelle - Cochevis huppé - Alouette des champs - Alouette lulu - Hirondelle de rivage - Hirondelle rustique - Hirondelle de fenêtre - Pipit rousseline - Pipit des arbres - Pipit farlouse - Pipit maritime - Bergeronnette printanière - Bergeronnette des ruisseaux - Bergeronnette grise - Cincle plongeur - Troglodyte mignon - Accenteur mouchet - Rougegorge familier - Rossignol philomèle - Gorgebleue à miroir - Rougequeue noir - Rougequeue à front blanc - Tarier des prés - Tarier pâtre - Traquet motteux - Merle noir - Grive musicienne - Grive draine - Bouscarle de Cetti - Cisticole des joncs - Locustelle tachetée - Locustelle luscinioïde - Phragmite des joncs - Rousserolle effarvatte - Rousserolle turdoïde - Hypolaïs polyglotte - Fauvette pitchou - Fauvette orphée - Fauvette grisette - Fauvette des jardins - Fauvette à tête noire - Fauvette babillarde - Pouillot véloce - Pouillot de Bonelli - Pouillot siffleur - Pouillot fitis - Roitelet huppé - Roitelet triple-bandeau - Gobemouche noir - Gobemouche gris - Panure à moustaches - Mésange à longue queue - Mésange nonnette - Mésange huppée - Mésange noire - Mésange bleue - Mésange charbonnière - Sittelle torchepot - Grimpereau des jardins - Pie-grièche écorcheur - Pie grièche grise - Pie grièche à tête rousse - Geai des chênes - Loriot d’Europe - Pie bavarde - Choucas des tours - Corbeau freux - Corneille noire - Etourneau sansonnet - Moineau domestique - Moineau friquet - Moineau soulcie - Pinson des arbres - Serin cini - Verdier d’Europe - Chardonneret élégant - Linotte mélodieuse - Bouvreuil pivoine - Bec-croisé des sapins - Gros-bec cassenoyaux - Bruant jaune - Bruant zizi - Bruant ortolan - Bruant des roseaux - Bruant proyer
Statut de l’article :
Monographie
Présence géographique :
Charente Charente-maritime
Hyla meridionalis *(Boettger, 1874)
Rainette méridionale
Monographie de la Rainette méridionale. La Rainette méridionale est un des exemples frappants du caractère méditerranéen de la faune de Charente-Maritime. On trouve cette grenouille dans les milieux proches du littoral, même s’il existe un certain taux de salinité.

Poitou-Charentes Nature

Antoine FOUQUET

Statut de protection

Protection nationale : Article 1

Directive habitats : Annexe 4

Convention Berne : Annexe 2

Liste rouge nationale : A surveiller

Liste rouge régionale : Mentionné

Rainette méridionale, Hyla meridionalis (Boettger, 1874)
Rainette méridionale, Hyla meridionalis (Boettger, 1874)
Rainette d’un vert très vif, à la peau fine et lisse. Ue bande noire traverse l’oeil mais ne se prolonge pas sur les flancs.
Crdit photo : © Antoine Fouquet

La principale aire de distribution de cette espèce se situe dans le sud-ouest de l’Espagne et le sud de la France où les populations se maintiennent à un bon niveau malgré la destruction de ses milieux de reproduction et l’utilisation intensive de pesticides.

Biologie et écologie

La Rainette méridionale est assez peu exigeante quant aux milieux aquatiques qu’elle affectionne pour sa reproduction si ce n’est leur caractère ouvert (déboisés) et relativement proche du littoral.

Elle supporte en effet un certain taux de salinité puisqu’on la trouve en abondance dans les marais saumâtres de l’île de Ré et de l’île d’Oleron ainsi que dans ceux de tout le littoral charentais. On la trouve même dans des canaux d’irrigation. Cette espèce fréquente toute sorte de biotopes : milieux dunaires, clairières, landes, centres-villes, lisières forestières...

Les mâles viennent à l’eau à partir de fin mars pour y pousser des cris graves et lents (contrairement à Hyla arborea). L’accouplement est lombaire et la femelle dépose un millier d’œufs en petits paquets de la forme d’une noix, accrochés aux plantes aquatiques.

Les têtards, à la crête caudale très prononcée, mettent environ 3 mois à se métamorphoser. Grâce à la douceur du climat océanique, on peut observer cette espèce quasiment toute l’année lorsque l’humidité est suffisante.

Répartition

Comme son nom l’indique, la Rainette méridionale est un des exemples frappant du caractère méditerranéen de la faune et de la flore de Charente-Maritime. En effet, c’est dans ce département que l’on trouve les plus fortes populations. Cette espèce est répartie sur la moitié ouest de ce département, dont les populations les plus importantes sont localisées dans les marais littoraux. Elle est aussi présente dans le sud et l’ouest de la Charente, ainsi que, avec de très rares incursions, en Deux-Sèvres, où elle est à rechercher notamment au niveau du marais poitevin et de l’extrême sud de ce département vers Chizé.

Cette espèce est donc en limite nord de sa répartition dans notre région. Cette limite, qui continue au sud de la Vendée, étant plus ou moins bien définie, il conviendrait de la préciser afin d’évaluer son éventuelle évolution.

Antoine FOUQUET

Consultez la carte de répartition des amphibiens et des reptiles