2èmes Rencontres Naturalistes Régionales

2èmes Rencontres Naturalistes Régionales

Afin de préparer au mieux les prochaines Rencontre Naturalistes Régionales, qui se dérouleront à Melle les 15 et 16 février 2019, PCN vous propose de choisir vos 20 sujets préférés parmi la liste suggérée.
Ce vote déterminera les sujets qui seront traités pendant cette manifestation.

Lien pour accéder à la liste des sujets proposés

Il est possible de voter jusqu’au 17 juin.

Organisation des deuxièmes rencontres naturalistes régionales

Organisation des deuxièmes rencontres naturalistes régionales

1.     Présentation du projet, du contexte et des objectifs

Depuis plus de 30 ans, les associations de protection de la nature des départements de l’ex région Poitou-Charentes réalisent, sous l’égide de Poitou-Charentes Nature, de nombreuses enquêtes naturalistes sur des thèmes et des approches variés : mammalogie, avifaune, herpétologie, entomologie, botanique, atlas, études de milieux, listes rouges …

Toutes ces enquêtes ne sont réalisables que grâce à un important réseau de naturalistes bénévoles actifs dans notre région. Ces projets sont le plus souvent valorisés par la publication d’ouvrages et/ ou de rapport sans qu’il y ait d’autres restitutions ou valorisation auprès de nos bénévoles, de nos financeurs et de nos partenaires techniques.

Les premières rencontres naturalistes du Poitou-Charentes organisées en février 2017 ont connu un succès remarquable, avec près de 300 participants, l’ensemble des partenaires présents ayant fait part de leur intérêt.

C’est la raison pour laquelle, nous proposons d’organiser une deuxième édition des rencontres naturalistes du Poitou-Charentes, avec des interventions de partenaires de l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine.
Cette édition se déroulera les 15 et 16 février 2019 au Lycée Agricole de MELLE (79).

Le public visé serait donc le même : bénévoles des associations, mais également les services techniques des collectivités, d’associations, les financeurs et nos partenaires techniques, qui auraient une part plus importante en interventions.

 

Les objectifs de ces rencontres seront de :

–          Reconduire l’événementiel permettant aux naturalistes de la région de se rencontrer et de renforcer les liens qui existent au sein du réseau ;

–          Valoriser le travail des naturalistes régionaux de PCN et de ses associations, des partenaires locaux (CREN, CBNSA, Fédérations de pêche, bureaux d’études, Conseils départementaux, collectivités locales…), ainsi que d’autres associations naturalistes de Nouvelle-Aquitaine, permettant de consolider les liens qui se tissent au sein de FNE Nouvelle-Aquitaine.

 

En second plan, d’autres objectifs sont visés via l’organisation de ces rencontres :

–          Développer la communication et la valorisation interne comme externe des travaux de PCN et de ses associations ;

–          Faire le point sur des études, enquêtes, découvertes, actions de conservation.

 

2.     Description des actions

Ces rencontres naturalistes pourraient être renouvelées sur deux journées, ce choix ayant été judicieux pour les premières rencontres : un vendredi et un samedi. Le vendredi permet aux techniciens, financeurs, etc. de participer sur leur temps de travail. Le samedi s’adresse plus particulièrement aux bénévoles, souvent disponibles le week-end uniquement. La période pressentie pour l’organisation de ces rencontres serait fin janvier 2019.

 

Les dates et le programme précis de ces deux journées seront définis via des réunions de préparation qui débuteront en début d’année 2018. Les options retenues lors des premières rencontres devront être confirmées selon le succès qu’elles ont connu : présentations, tables rondes, ateliers de découverte et d’autres seront à examiner, tel la diffusion de documentaires/reportages… Des thématiques seront définies par journée ou demi-journée en fonction des objectifs et du public ciblé.

 

Pour cette deuxième édition, comme cela était envisagé lors de l’élaboration de la première édition,  l’objectif est d’ouvrir des temps de présentations aux partenaires techniques pour la présentation d’études sur la biodiversité.

 

A l’issue des rencontres, les supports de présentation ainsi qu’un bilan seront diffusés à l’ensemble des participants. Cette diffusion se fera via le site internet de Poitou-Charentes Nature.

 

Du point de vue logistique, la coordination se chargera de trouver le lieu d’accueil et d’organiser les repas (avec produits biologiques et locaux, dans la mesure du possible).

3.     Indicateurs d’évaluation – Phase 1

  • Participation de  250 personnes minimum sur les deux jours

4.     Partenaires techniques

  • ARB
  • ONCFS
  • CREN
  • Conservatoire du littoral
  • ONF, CRPF
  • Prom’haies en Nouvelle-Aquitaine
  • Fédérations de pêche
  • Associations naturalistes : Perennis, GEREPI
  • IFREE, GRAINE
  • CPIE
  • Universités
  • CEBC/ CNRS
  • ORE
  • Société des sciences naturelles de la Charente Maritime ?
  • PNR Marais Poitevin
  • Limousin Nature Environnement, SEPANSO
  • GMHL, Cistude Nature
  • FNE Nouvelle-Aquitaine

 

Ce programme est financé par :

 

La nature à notre porte

La nature à notre porte

1.     Présentation du projet, du contexte et des objectifs

Aujourd’hui, il est de plus en plus évident que notre environnement impacte directement sur notre bien-être. Plus nous pratiquons la nature, plus nous nous sentons bien. Certaines études ont même théorisé autour de ce phénomène et parlent de « syndrome de manque de nature ». C’est pourquoi il est indispensable que la nature ait une grande place dans la vie de chacun et en particulier dans la vie des plus jeunes.

En effet, la relation homme/nature se fait dès le plus jeune âge. D’après plusieurs recherches, il a été montré qu’une exposition à la nature dès la petite enfance peut influencer sur son propre attachement à l’environnement et impulser des comportements éco-citoyens.

En plus d’être bonne pour notre santé, la Nature est un lieu réel, stimulant, de socialisation et de contemplation.

C’est pourquoi nous souhaitons développer un programme régional qui s’intéresse à la biodiversité ordinaire et proche de chacun de nous afin que les habitants puissent se reconnecter à la nature. Nous voudrions pour cela utiliser les espaces verts des communes, des jardins, des parcs, les coins de nature des quartiers urbains…

Chacun pourra devenir observateur de la biodiversité de son jardin et de sa commune.

A travers différentes actions, les citoyens d’aujourd’hui et de demain seront amenés à découvrir leur biodiversité du quotidien, à se l’approprier pour mieux la protéger.

Depuis plusieurs années, nos projets régionaux sensibilisent principalement les écoles élémentaires et les collèges. Nous souhaitons aujourd’hui développer un projet d’éducation à l’environnement à l’égard de nouveaux publics : les plus jeunes (3-6 ans) et le public adulte. De plus, ce projet répondrait à une forte demande des enseignants de cycle 1 qui bénéficie de peu de projets pédagogiques d’éducation à l’environnement.

 

Ce programme se décline en deux phases :

  • Phase 1: Janvier 2018 – Août 2019

Conception du projet et des outils pédagogiques et réalisation du programme pédagogique sur une commune par structure.

  • Phase 2: Septembre 2019 – Septembre 2020

Déploiement du programme sur plusieurs communes par structure.

 

Afin de cibler le jeune public, nous utiliserons une démarche pédagogique spécifique et adaptée. Cette démarche s’appuiera sur de nombreux temps en extérieur car il est indispensable que les enfants se retrouvent dans la nature pour susciter l’émerveillement, l’observation et la découverte.

Afin de créer du lien social et impulser une dynamique local, nous souhaitons intégrer les citoyens dans notre projet (association des parents d’élèves, centres sociaux, associations locales …), en lien avec les actions menées auprès des jeunes enfants.

 

Objectifs généraux :

  • Faire découvrir la biodiversité ordinaire
  • Créer ou renforcer le lien homme/nature
  • Apprendre à respecter l’environnement 
  • Créer du lien social
  • Agir en faveur de la biodiversité

2.     Description des actions de la phase 1

2.1.      Action 1 : Conception du programme pédagogique

Les associations membres de Poitou-Charentes Nature se réuniront lors de 3 réunions régionales pour échanger et se former. Lors de ces temps nous mettrons en commun nos compétences et nos moyens, dans le but d’aboutir à un projet pédagogique régional commun. Ainsi, 5 communes et 10 classes des 4 départements picto-charentais pourront bénéficier d’animations avec des objectifs et des outils pédagogiques communs lors de cette première phase.

Durant le premier semestre 2018, nous allons concevoir le déroulement du programme pédagogique : fiches pédagogiques pour chaque séance scolaire, objectifs et description des actions citoyennes, création d’outils pédagogiques et de communication pour les scolaires et les citoyens.

Pour construire sereinement ce nouveau programme pédagogique régional, il est important que les co-constructeurs aient les mêmes pré-requis sur la connaissance de ces différents publics. C’est pourquoi il est indispensable d’établir des temps de formation communs et spécifiques.

 

Démarche :

  • Dresser un état des lieux des outils et démarches existants sur la thématique et les publics
  • Se former : plusieurs modules de formation existent et sont envisageables : Atelier du GRAINE Poitou-Charentes « Petite enfance » et Formation « Aider les citoyens à s’investir dans la préservation de la biodiversité »
  • Elaborer le programme pédagogique avec des outils communs

2.2.      Action 2 : Création d’outils pédagogiques

Des outils pédagogiques vont être créés à destination de nos deux publics.

Pour les scolaires, une malle composée de plusieurs outils sera fabriquée : puzzles, livres, contes, marionnettes, boîtes loupe …

Certains outils seront utilisés par l’éducateur à l’environnement lors des séances d’animations et une autre partie pourra être mise à disposition des enseignants et des ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles).

 

Pour le public citoyen, plusieurs outils pédagogiques vont être fabriqués ou des outils déjà existants seront mis à disposition :

  • Un jeu sur la biodiversité ordinaire : un par association
  • Un  parcours de géocaching à la découverte de la biodiversité de la commune
  • Une plaquette ou des fiches espèces « Comment accueillir la faune dans son jardin ? »

2.3.      Action 3 : Projet pédagogique auprès des scolaires

Chaque structure interviendra sur une commune de son département et sensibilisera deux classes de cycle 1.

Chaque classe bénéficiera de 4 animations en majorité en extérieur. Ces dernières permettront aux élèves d’être au contact direct avec la nature : ressentir, explorer et apprendre la nature.

Ces séances se dérouleront au cœur de l’école et/ou sur des espaces verts de la commune à travers plusieurs approches : imaginaires, sensorielles, ludiques et naturalistes.

Quelques exemples d’animations qui pourront être proposées : memory visuel, arbre mon ami, cocktail d’odeurs, chercher les petites bêtes, mini-herbier, écoute des bruits de la nature …

Lors de ces séances, les élèves découvriront et s’approprieront leur territoire, quartier, ville ou village à travers l’observation de la biodiversité.

Des conseils seront apportés aux enseignants pour travailler tout au long de l’année sur cette thématique : élevage d’insectes, fabrication d’abris, plantations, promotion des solutions au naturel pour éviter d’utiliser des pesticides …

2.4.      Action 4 : Animations citoyens

En parallèle du programme pédagogique scolaire, deux animations familles seront organisées pour impliquer les habitants dans l’observation et la préservation de la biodiversité de leur jardin et de leur commune. Ces animations seront proposées aux parents d’élèves du projet mais aussi à tous les habitants du quartier ou de la commune. Ces animations se dérouleront en concertation avec la municipalité (lieu, communication, matériel…).

C’est lors de ces animations que les différents outils citoyens seront utilisés et distribués afin de rendre les citoyens curieux et observateurs de la biodiversité qui leur est proche : jeux, documentation, parcours autonome.

De plus, pour faciliter le lien social, nous souhaitons nous associer à un évènement qui se déroulera dans la commune et créer un jeu qui suscitera le débat. Les familles vont ainsi pouvoir échanger sur leur vision de la biodiversité.

La première animation citoyenne consistera à proposer un parcours en autonomie afin de faire découvrir au plus grand nombre la nature de leur ville, village ou quartier. Lors de cet évènement, les acteurs locaux seront sollicités. A l’aide de l’application géocaching, en autonomie, les familles se déplaceront et s’arrêteront à plusieurs escales à la recherche de trésor pour découvrir la nature de leur commune. Un temps sera encadré par des intervenants sur un jeu.

Le deuxième temps famille sera prévu en fin de projet. Ce temps sera un temps de valorisation du projet. Plusieurs ateliers sont envisageables : présentation des élèves, exposition, film, repas, intervention d’une personne extérieure  …

 

3.     Indicateurs d’évaluation

  • Nombre de communes adhérant au projet : 5
  • Nombre de classes adhérant au projet : 10
  • Nombre d’animations scolaires : 40
  • Nombre d’animations familles : 10
  • Nombre de scolaires et de citoyens sensibilisés
  • Rédaction d’articles de presse
  • Nombre de plaquettes ou fiches espèces distribuées

 

Pour les animations scolaires, des fiches d’évaluation seront distribuées aux enseignants partenaires du projet.

 

4.     Partenaires techniques

  • GRAINE Poitou-Charentes
  • Inspection académique
  • Elus et agents des communes
  • Associations locales

 

Ce programme est financé par :

 

 

Mise en œuvre du Plan Régional d’Action en faveur des Odonates (PRAO) sur les milieux lotiques

Mise en œuvre du Plan Régional d’Action en faveur des Odonates (PRAO) sur les milieux lotiques

1.     Présentation du projet, du contexte et des objectifs

Si elles sont encore nombreuses à peupler nos étangs et nos rivières, la plupart des espèces d’Odonates subissent la dégradation de leurs habitats de reproduction. Recalibrage de rivières, drainage, comblement des mares, pollutions, fermeture des milieux… sont autant de facteurs qui conduisent à l’appauvrissement de notre faune odonatologique. Plusieurs espèces sont au bord de l’extinction ou se trouvent dans un état de conservation défavorable. Dans le cadre de ses engagements et pour faire face à l’érosion de la biodiversité, l’Etat français a souhaité mettre en place des plans de restauration nationaux pour les espèces dont l’état de conservation n’est pas favorable. Un plan d’action national en faveur des Odonates a été élaboré par l’Office Pour les Insectes et leur Environnement (OPIE). La rédaction de la déclinaison régionale de ce plan a été confiée à Poitou-Charentes Nature (PCN), structure associative qui œuvre depuis plusieurs années à l’amélioration des connaissances odonatologiques du Poitou-Charentes (avec notamment publication en 2008 d’un atlas des libellules du Poitou-Charentes), qui dispose donc avec ses associations membres de l’expérience et des compétences pour cette action. L’élaboration de ce plan s’est appuyée sur un réseau de partenaires composé des associations naturalistes membres de Poitou-Charentes, de collectivités territoriales, d’établissements publics, ainsi que d’experts régionaux impliqués dans le suivi des espèces d’Odonates de façon générale.

Ce plan vise 17 espèces inscrites au Plan National d’Actions ou appartenant à la Liste Rouge des Odonates menacés du Poitou-Charentes et classées en danger critique d’extension « CR » et  en danger « EN » selon les critères UICN.

Le Plan Régional d’Action en faveur des Odonates (PRAO) prévoit plus d’une trentaine d’actions visant à préserver les espèces menacées. L’objectif de ce projet est de mettre en œuvre des actions du plan régional sur les milieux lotiques.

 

2.     Description des actions

2.1.      Action 1 (2018-2019)

  • Améliorer les connaissances sur la répartition de quatre espèces prioritaires des milieux courants (Action AC.2.1 du PRAO) : Gomphus flavipes, Gomphus graslinii, Ophiogomphus cecilia, Macromia splendens à partir de prospection sur des placettes ciblées sur des secteurs potentiellement favorables (40 par an/département, avec 2 passages par site).

2.2.      Action 2 (2018)

  • Réaliser des suivis standardisés à long terme des espèces prioritaires des milieux courants (Action AC.4.3 du PRAO) : Coenagrion mercuriale, Gomphus flavipes, Gomphus graslinii, Ophiogomphus cecilia, Oxygastra curtisii sur des placettes (2 passages sur 160 sites par an répartis sur l’ensemble de la région, soit 40/département).

Cette action permettra de mesurer l’efficacité des mesures réalisées au sein des contrats territoriaux à travers l’évolution des cortèges odonatologiques. Ce suivi pourra être utilisé comme un indicateur par les syndicats de rivières.

2.3.      Action 3 (2018-2019)

Gérer et animer une base de données documentaire (Action R.11.1 du PRAO) afin de recenser le maximum d’actions réalisées sur les odonates par les APNE mais aussi par les partenaires : collectivités, syndicats de rivières, réserves…

 

3.     Indicateurs d’évaluation

  • Action 1 : Nombre de placettes d’inventaire (40/département : 160), transmission des données au SINP
  • Action 2 : Nombre de placettes de suivi (40/département : 160)
  • Liste des espèces par cours d’eau et placette (cortège d’espèces)
  • Rédaction d’un protocole reproductible et élaboration d’un rapport d’activité de cette phase 1 (2018)

 

4.     Partenaires techniques

Syndicats de rivière

Ce programme est financé par :

Les messicoles

Les messicoles

  1. Présentation du projet, du contexte et des objectifs

Les plantes messicoles sont pour la plupart des plantes fortement menacées que ce soit en Poitou-Charentes mais aussi à l’échelle nationale. Ces espèces sont depuis toujours liées aux activités culturales humaines (céréales, vignes, vergers). La plupart de ces espèces ont connu un effondrement de leurs populations au cours des 30 dernières années. Il semble rester quelques bastions correspondant à des zones historiques de cultures céréalières (plaine d’Aunis, sud-est de la Charente, Nord de la Vienne), ayant justifié ponctuellement la création de ZNIEFF.

La cause principale de la régression d’un grand nombre d’espèces est l’intensification agricole notamment par l’utilisation d’intrants (engrais minéraux et herbicides), l’agrandissement des parcelles et la modification des techniques culturales (labour profond sur les cultures céréalières, travail du sol petit à petit abandonné dans les vignobles, densification des semis de céréales, modification des rotations culturales (intégration de cultures de printemps comme le maïs ou le tournesol)).

L’objectif serait ici d’améliorer les connaissances sur les populations d’espèces messicoles suite à la recherche menée entre 2005 et 2009 (état de conservation, secteur à enjeux) et d’initier des actions concrètes de conservation en collaboration avec le Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique (Plan Régional d’Action ?). Afin de contribuer à la conservation de ces espèces et des techniques de cultures traditionnelles, des actions de formation et communication seront mises en places (notamment auprès des lycées agricoles, des organismes agricoles (réseau Inpact, chambres d’agricultures, et des syndicats viticoles).

La plupart de ces espèces comportent une forte valeur patrimoniale dont certaines ont presque disparu à l’échelle nationale (Nigella arvensis).

 

  1. Description des actions

    • Phase 1 (2018) : Préparation du travail terrain prévu en phase 2 

Inventaire des plantes messicoles

Description des actions : Elaboration des protocoles d’inventaires, de la collecte des données et choix des secteurs étudiés

  • Accompagnement du CBNSA pour l’élaboration d’une liste d’espèces messicoles pour la région Poitou-Charentes et sélection des espèces et secteurs géographiques cible en partenariat avec le CBNSA selon la méthodologie du plan national d’action
  • Elaboration d’un plan d’échantillonnage
  • Collecte des données bibliographiques éventuelles dans chaque département
  • Cartographie des secteurs à fort enjeux
  • Définition d’une méthode commune de récolte des données (méthodologie PNA), outils de saisie et calendrier d’inventaire
  • Description d’une méthodologie pour le suivi pluriannuel de parcelles prioritaires à forte diversité et/ou forts enjeux (nombre de sites par département, etc.) afin d’observer l’évolution des populations de certaines espèces et l’évolution des habitats (Stellarietea mediae) à l’échelle d’un site en fonction des pratiques culturales.
  • Test des protocoles de récolte des données (au moins pour le suivi des sites)
  • Formations PC et départementales / reformer un réseau d’observateurs et l’animer
  • Premières prospections

Description des actions : Sensibilisation des acteurs

  • Prise de contact avec des futurs agriculteurs (lycées agricoles, MFR…), agriculteurs engagés (MAE en ZPS, Inpact…), Chambre d’agriculture, Syndicats interprofessionnels viticoles (Cognac, Vin de Loire) et échange sur la mise en place d’actions.
  • Mise en lien avec le programme Agrifaune en partenariat avec les Fédérations départementales des chasseurs et l’ONCFS
  • Travail sur l’adaptation du cahier des charges de certaines mesures agri-environnementales en faveur des plantes messicoles.
  • Rédaction de communiqués de presses et d’articles associatifs
  • Réactualisation de la plaquette sur les messicoles éditée en 2010 par PCN
  • Sensibilisation auprès du grand public

 

  • Phase 2 (2019) : Objectifs : Inventaire des plantes messicoles / Suivis d’un réseau de parcelles à forts enjeux / sensibilisation des acteurs du secteur

                Préparation de la restitution prévue en phase 3

Description des actions : fin de l’Inventaire des mailles et début des suivis des parcelles prioritaires

  • Suite des inventaires réalisés en phase 1
  • Suivis de parcelles à forts enjeux
  • Collecte de données ponctuelles par les bénévoles (en particulier sur certaines espèces cibles)
  • Réunions de travail/concertation au sujet de la restitution :
    • Choix du format le plus adapté
    • Public ciblé
    • Moyens de diffusion

Description des actions : Sensibilisation des acteurs

  • Formation/sensibilisation auprès des futurs agriculteurs (lycées agricoles, MFR…), agriculteurs engagés (MAE en ZPS, Inpact…), Chambre d’agriculture, Syndicats interprofessionnels viticoles (Cognac, Vin de Loire).
  • Porter à connaissance auprès des exploitants de la présence d’espèces à enjeux.
  • Mise en lien avec le programme Agrifaune en partenariat avec les Fédération départementale des chasseurs et l’ONCFS
  • Information sur le label végétal local et vraies messicoles auprès des collectivités territoriales pour mise en application sur de nouvelles parcelles

Description des actions : Mise en place d’action de conservation in situ

  • Travail en collaboration avec le Conservatoire Régional d’Espaces Naturels de Poitou-Charentes
  • Travail en collaboration avec des agriculteurs volontaires

 

  • Phase 3 (2020)

Objectifs : Mise en place de suivis de sites prioritaires / actions de conservations en collaboration avec le CBNSA et le CREN Poitou-Charentes

Description des actions : suivis de sites prioritaires

  • Maintien du Suivi des parcelles présélectionnées en phase 2 et si possible ajout de nouvelles parcelles à suivre

Description des actions : Mise en place d’action de conservation in situ

  • Travail en collaboration avec le Conservatoire Régional d’Espaces Naturels de Poitou-Charentes
  • Travail avec un réseau d’agriculteurs volontaires

 

                     Restitution / Diffusion des résultats

Description des actions : Fin des inventaires, analyses et interprétation des résultats, rédaction du document final, journées techniques, support d’informations

 

  • Prospections de sites/stations complémentaires
  • Réalisation de supports d’information :
  • plaquettes ou posters
  • article clé en main pour diffusion sur les sites internet des collectivités ou dans les bulletins municipaux
  • Sensibilisation du public
  • Sensibilisation du grand public : sensibilisation aux rôles des plantes messicoles / Animations grand public.
  1. Indicateurs d’évaluation – Phase 1

  • Elaboration d’une méthodologie d’inventaire
  • 2000 données récoltées notamment sur les espèces à enjeux
  • Cartographie des secteurs à forte densité et forts enjeux en messicoles
  • 1 formation de reconnaissance des plantes messicoles par département pour les bénévoles ainsi qu’une formation régionale
  • 1 plaquette : actualisation et réimpression de la plaquette PCN
  • 1 article de presse et 1 article de revue associative par département
  • 1 animation grand public par département
  1. Partenaires techniques du projet

  • Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique
  • Conservatoire d’Espaces Naturels de Poitou-Charentes
  • Syndicats interprofessionnels du Cognac et autres syndicats viticoles
  • Botanistes locaux
  • Réseau Inpact (Agrobio, CIVAM…)
  • Chambre d’agriculture
  • Lycées agricoles et MFR
  • Associations portant les MAE sur les ZPS
  • Fédérations Départementales des Chasseurs / Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage
  • DREAL
  • DDT

 

Programme soutenu financièrement par :

Retour sur la manifestation anti-bassines de Mauzé-sur-le-Mignon

Retour sur la manifestation anti-bassines de Mauzé-sur-le-Mignon

Pour sa deuxième manifestation publique, le collectif Citoyen Bassines Non Merci (BNM) auquel contribuent de nombreux  militants associatifs et associations de protection de la nature, a frappé fort.

Après Amuré le 11 novembre avec près de 1500 participants, c’est à Mauzé-sur-le-Mignon que se sont retrouvés le 4 mars 2018 environ 2000 citoyens, associatifs, agriculteurs, élus, dont des députés et conseillers régionaux mais aussi des maires, pour manifester leur désapprobation envers 19 projets de réserves dites de substitution, programmées essentiellement en sud Deux-Sèvres.

Alain Chabrolle (à gauche sur la photo), Vice Président de FNE et Michel Hortolan, Président de FNE Nouvelle-Aquitaine (à droite sur la photo), ainsi que Gustave Talbot, Président de Poitou-Charentes Nature, étaient présents pour soutenir cette action.

En savoir plus

Déclin des pollinisateurs : dites à la Commission européenne d’agir

Déclin des pollinisateurs : dites à la Commission européenne d’agir

Jusqu’au 5 avril, participez à la consultation publique de la Commission européenne afin de préserver les pollinisateurs sauvages.

Afin de préparer une initiative de l’Union en faveur de ces pollinisateurs, la Commission européenne lance une vaste consultation publique. Objectif : recueillir l’avis des citoyen-ne-s européen-ne-s sur la façon dont l’Union européenne doit lutter contre le déclin des pollinisateurs sauvages. Il s’agit aussi de renseigner les causes et les conséquences de ce déclin, afin de pouvoir agir en conséquence et à la bonne échelle.

Remplir le questionnaire de la consultation publique

Voir les réponses de France Nature Environnement et de l’OPIE

En savoir plus sur ce sujet avec cet article de France Nature Environnement