CDD Chargé.e de mission – Animateur.rice des espaces protégés (79)

CDD Chargé.e de mission – Animateur.rice des espaces protégés (79)

Le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres recrute un.e Chargé.e de missions « Animateur.rice des espaces protégés des Deux-Sèvres » en CDD.

Le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres (GODS), association de protection de la nature et de l’environnement, a pour but l’étude et la protection des oiseaux et de leurs milieux dans le département des Deux-Sèvres. L’association conduit de nombreux travaux d’expertises et mène des actions d’éducation à l’environnement en lien avec ses projets. L’association compte actuellement 550 adhérents et 15 salariés permanents répartis en un siège à Niort (11 salariés) et une antenne nord Deux- Sèvres (4 salariés). Elle est affiliée à Poitou-Charentes Nature et à France Nature Environnement Nouvelle Aquitaine.

Missions collectives

Le GODS a été désigné par la Région comme structure animatrice de 5 sites Natura 2000 en Deux-Sèvres. Dans l’objectif de maintenir dans un bon état de conservation des espèces et des habitats naturels d’intérêt communautaire, la mission a pour objet d’assurer, la mise en œuvre des actions des cinq documents d’objectifs (DOCOB) des sites Natura 2000. Quatre Zones de Protection Spéciale et une Zone Spéciale de Conservation :
– Plaine de Niort Sud-Est
– Plaine de Niort Nord-Ouest
– Plaine de La Mothe Saint-Héray – Lezay
– Plaine de Oiron – Thénezay
– Massif de Chizé-Aulnay

La mission s’inscrit en complémentarité des actions conduites par la région pour l’environnement et la valorisation du patrimoine naturel.

Le.ou la salarié(e) recruté(e) devra réaliser l’animation territoriale des sites Natura2000 en lien avec les administrateurs et les chargés.es de missions locaux. Il sera notamment l’objet de :

  • Dynamiser et renouveler les chartes Natura 2000 ;
  • Réaliser et accompagner les porteurs de projets pour la réalisation d’évaluation d’incidence Natura 2000 ;
    • réalisation de diagnostics pour les porteurs de projets,
    • assistance à la réalisation des évaluations d’incidences,
    • émission d’avis argumentés pour les services de l’état,
    • médiation et recherche de solutions alternatives de moindre incidence,
    • suivi dans le temps des porteurs de projet et des dossiers.
  • Etre présent et concevoir des réunions de présentation de Natura 2000 auprès des élus, entreprises et acteurs locaux ;
  • Participer à la communication et à la valorisation des actions sur les différents sites auprès des adhérents, des partenaires, des médias et du grand public avec l’aide de la chargée de communication du GODS ;
  • Organiser les COPILs Natura 2000 des 5 sites gérés par le GODS ;
  • Etre en relation avec les autres animateurs Natura 2000 en Poitou-Charentes ;
  • Réaliser des comptes rendus auprès de la région Nouvelle-Aquitaine ;

Dans ces autres missions, le ou la salarié(e) recruté(e) devra également :

  • Prospecter, entretenir, renforcer, développer des partenariats notamment autour du label entreprise Espace Natur’Ailes et avec d’autres partenaires externes ;
  • Représenter l’association auprès des instances, élus, habitants du territoire ;
  • Participer aux inventaires naturalistes en lien avec les différents sites protégés ;
  • Proposer et participer à des plans de gestion en lien avec les espèces ciblées ;
  • Réaliser des travaux de conservation (développement d’actions de protection et de valorisation d’habitats et d’espèces) ;
  • Réaliser des animations pour un public spécifique (élus, acteurs locaux) ou le grand public.

Compétences nécessaires pour tenir le poste

Savoirs :

  • BTS/Licence/Master avec expérience dans l’animation de site Natura 2000, animation territorial, législation environnementale,
  • Ecologie, milieux naturels, espèces notamment avifaune de plaine (connaissances techniques et juridiques),
  • Connaissance sur d’autres taxons apprécié notamment chiroptères, amphibien.
  • Agriculture, Sylviculture, gestion des espaces boisés (connaissances techniques et juridiques),
  • Urbanisme (Document d’urbanisme, permis de construire…),
  • Fonctionnement des collectivités et des administrations.

Savoir-faire :

  • Maîtrise des outils cartographiques indispensable (Qgis),
  • Maîtrise des outils bureautiques (Word, Excel, Powerpoint…),
  • Médiation, Formation,
  • Communication au sein d’un réseau d’acteurs,
  • Forte capacité d’organisation,
  • Capacité d’analyse, de synthèse, aisance rédactionnelle.

Savoir-être :

  • Rigueur,
  • Autonomie et organisation dans le travail,
  • Aisance relationnelle,
  • Réactivité, adaptabilité, disponibilité.

Conditions de travail

  • Contrat à durée déterminée (potentialité d’évolution en CDI) du 16 septembre 2024 au 16 septembre 2025 à plein temps à Niort ;
  • Durée hebdomadaire du travail : 35 heures ;
  • Lien hiérarchique : Coordinateur technique ;
  • Mutuelle employeur prise en charge à 50 % ;
  • Prime d’équipement annuel 75 € ;
  • Charte de télétravail ;
  • Démarche de Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO) ;
  • PEE et prime de partage de valeur ;
  • Ordinateur portable fourni ;
  • Téléphone portable ;
  • Véhicule personnel indispensable (remboursement des frais 0,50 €/km) – Possibilité de véhicule de service ;
  • Rémunération selon la grille de la convention collective ECLAT sur une base de 305 points (groupe D) – ancienneté reprise ;
  • Base : 2 118.37 € brut mensuel ;
  • Poste ouvert aux travailleurs handicapés .

Prise de fonction souhaitée : le 16/09/2024 avec un accompagnement à la prise de poste.
Entretiens prévus la semaine du 26/08/2024 les après-midis à Niort au GODS ;

Candidature (CV et lettre de motivation à contact[at]ornitho79.org).

Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres
Espace associatif Langevin Wallon
79000 Niort
05 49 09 24 49
www.ornitho79.org

Passage en force de l’Etat pour imposer des « réserves de substitution » dans le Poitou-Charentes

Passage en force de l’Etat pour imposer des « réserves de substitution » dans le Poitou-Charentes

Communiqué de presse du collectif d’associations engagées dans les recours contre les 93 «réserves de substitution» (méga-bassines) du Poitou-Charentes

Le 11 juin 2024

En mars 2023, quelques jours avant les événements de Sainte-Soline, les associations soussignées faisaient le point dans un communiqué de presse sur leurs recours entrepris contre les méga-bassines en Poitou-Charentes. Aujourd’hui, nous déplorons de nouveau le passage en force de l’État pour imposer ces méga-bassines, soumettant l’intérêt général à l’intérêt de quelques-uns. La violence commence ici, dans l’accaparement de l’eau !

1. Le rôle ambigu des services de l’État

Dans nos recours et dans les instances de l’eau, c’est bien l’État qui, manquant à son devoir de neutralité et à son rôle de médiation, agit pour pérenniser l’irrigation intensive d’une minorité d’exploitations agricoles au détriment des milieux, de l’eau potable, des agriculteurs non connectés aux méga-bassines, des autres usagers économiques, de l’environnement et de la nature en général.

Ce passage en force se caractérise ainsi pour les quatre réserves, dites de substitution, construites ou en cours de construction en Deux-Sèvres :

  • Mauzé-sur-le-Mignon : le remplissage de la première méga-bassine est entrepris en décembre 2022 alors que le Mignon est à sec ! Démonstration que les seuils permettant le remplissage sont parfaitement inadaptés.
  • Sainte-Soline : alors que les travaux sont commencés, le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) s’autosaisit du dossier pour évaluer si une demande préalable de dérogation espèces protégées aurait été nécessaire. La conclusion est sans appel « les arrêtés préfectoraux d’autorisation de 2017 et de 2020 auraient dû être précédés de la procédure de demande de dérogation espèces protégées ». L’État négligeant vis-à-vis du code de l’environnement !
  • Priaires : possible conflit d’intérêt de Madame la maire de Val-du-Mignon, signataire du permis de construire et future bénéficiaire de la méga-bassine.
  • Épannes : cette réserve, comme l’ensemble des 93 en Poitou-Charentes, pérennise un modèle agricole responsable du déclin de la biodiversité et, plus particulièrement, de l’avifaune de plaine composée des espèces busards cendré et Saint-Martin, oedicnème criard et outarde canepetière.

Plus généralement, le calendrier des travaux de construction des 16 réserves de la Sèvre Niortaise-Mignon étant validé dans une commission présidée par la Préfète des Deux-Sèvres, l’État soutient de fait les démarrages de travaux en ayant connaissance des contentieux juridiques en cours.

2. L’État garant de la concertation pour la gestion de l’eau

Dans d’autres territoires, pour obtenir les subventions publiques pour la construction des méga-bassines, des projets territoriaux pour la gestion de l’eau (PTGE) sont entrepris à la hâte. L’État par l’intermédiaire des préfets est garant de ces procédures de concertation. Les associations soussignées, qui s’impliquent à des degrés divers dans ces PTGE, ont des exigences :

  • L’État doit faire respecter le cadre des instructions gouvernementales et des textes et règlements en vigueur.
  • Les études sur les volumes prélevables et les débits biologiques doivent être intégrées dans les projets de PTGE pour être soumis aux Commissions Locales de l’Eau des SAGE.
  • Avant toute validation, les associations exigent des engagements fermes de la profession agricole sur des économies d’eau et sur des mesures agroenvironnementales chiffrées et planifiées, avec notamment des mesures spécifiques sur les aires d’alimentation des captages en eau potable, ainsi que sur les zones humides et zones soumises à des protections règlementaires (Natura 2000, Arrêtés préfectoraux de protection de biotope, Arrêtés de protection des habitats naturels, …).

Nous sommes, par exemple, particulièrement vigilants sur le PTGE du Clain où le portage a été confié au Conseil Départemental de la Vienne, qui persiste dans son déni quant à l’état préoccupant de la ressource en eau tel que révélé par les études scientifiques. Sur ce bassin, 41 méga-bassines sont en projet (Auxances, Clain moyen, La Clouère, Dive–Bouleure–Clain amont et La Pallu). Or, le Conseil Départemental et le Préfet de la Vienne ont exercé une très forte pression sur l’EPTB Vienne qui avait accepté le principe d’un pilotage du PTGE et qui, de ce fait, y a renoncé.

3. Les données scientifiques remises en cause au profit de l’irrigation

L’état des masses d’eau en Poitou-Charentes est catastrophique. À l’exception de quelques fleuves côtiers, tous les bassins sont classés en Zone de Répartition des Eaux (ZRE), classement justifié par un déséquilibre entre les usages et la ressource en eau. Nous « fêtons » en 2024 les 30 ans de ces classements ZRE pour bon nombre de bassins et, malheureusement, nous ne voyons pas de sortie de crise avant de nombreuses années !

Les études scientifiques, études Hydrologie-Milieux-Usages-Climat (HMUC) pour le bassin Loire-Bretagne et autres études basées sur des débits biologiques pour le bassin Adour-Garonne, démontrent les unes après les autres cet état alarmant de la ressource en eau. Cependant, ces études tant attendues, sont sans cesse repoussées et contestées par les irrigants, voire par les représentants de l’État.

Citons, par exemple :

  • La Commission Locale de l’Eau (CLE) du SAGE Clain du 7 juin 2023 où le Préfet de la Vienne et le Conseil Départemental de la Vienne se sont opposés à la validation de l’étude HMUC sur ce sous-bassin, souhaitant in fine beaucoup plus d’eau pour l’irrigation agricole que ce que préconise l’étude.
  • La Commission Locale de l’Eau (CLE) du SAGE Charente où, dans la révision des seuils estivaux sur l’Aume et la Couture, les scénarios les plus restrictifs pour l’irrigation ont mystérieusement disparu.
  • Sur le bassin du Curé, l’étude HMUC est tout simplement impossible à réaliser par les méthodes classiques car les appareils de mesure des niveaux d’eau n’ont jamais été installés.

4. Notre engagement reste intact

Notre collectif dresse en Annexe 1 l’état des recours contre les 93 méga-bassines en projet dans le Poitou-Charentes et rappelle les raisons de son engagement :

  • Il ne s’agit pas de substitution parce que les réserves permettront de prélever des volumes d’eau d’irrigation supérieurs à ceux prélevés actuellement, alors que la ressource en eau diminue.
  • Il s’agit de l’accaparement de volumes d’eau colossaux par quelques exploitants au détriment d’un accès raisonnable et équitable à l’eau pour tous les usagers. Rappelons que les irrigants ne représentent qu’entre 6 et 10% des agriculteurs alors qu’ils consomment 58% de l’eau douce en France (Chiffres 2010-2019 https://www.notre-environnement.gouv.fr/).
  • Les projets, par leurs dimensions, font courir un risque à la ressource en eau, au détriment des milieux naturels et de l’approvisionnement en eau potable.
  • Les pompages massifs dans les nappes, mêmes hivernaux, conduiront à détériorer encore plus les milieux aquatiques et leur cortège de biodiversité : poissons, amphibiens, odonates…
  • Le modèle agricole sous-jacent aux projets impactera significativement l’avifaune de plaine (outarde canepetière, oedicnème criard, busards cendré et Saint-Martin), espèces patrimoniales qui ont motivé pour leur protection la création de neuf sites Natura 2000 sur le territoire picto-charentais.
  • Les études d’impact des projets sont insuffisantes, inadaptées aux enjeux locaux et le niveau de respect de la réglementation européenne concernant les sites Natura 2000 pose question.
  • L’usage de l’eau pour l’irrigation doit avoir une contrepartie sérieuse en matière d’agroécologie, ce qui n’est pas réellement prévu dans les projets actuels. La façon dont les « protocoles d’accord » Sèvre niortaise-Mignon et Clain ont été établis et mis en oeuvre jusqu’à présent ne peut qu’inquiéter quant à la sincérité des promoteurs des projets concernés. Les engagements pris par les bénéficiaires de méga-bassines ne sont pas à la hauteur des enjeux. Ce point a été clairement mis en évidence dans l’étude indépendante commandité par le Comité de Bassin Loire Bretagne et restituée fin 2023.
  • Les projets représentent une mal-adaptation aux changements climatiques et une contribution supplémentaire au déclin de la biodiversité.

Les associations soussignées renouvellent leur demande d’un moratoire sur les projets de réserves de substitution.

Les signataires :
L’Association agréée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique des pêches sportives Saint-Maixentaises,
L’Association de Défense de l’Environnement de Migné-Auxances (ADEMA),
L’Association de Protection, d’Information, d’Etude de l’Eau et son Environnement (APIEEE),
L’Association Protection et Avenir du Patrimoine en Pays d’Aigre et en Nord Charente (APAPPA),
La Confédération paysanne de la Vienne,
La Fédération Poitou-Charentes Nature (PCN),
La Fédération de Charente-Maritime pour la pêche et la protection du milieu Aquatique,
La Fédération des Deux-Sèvres des Associations Agréées pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA),
Le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres (GODS),
La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO),
Nature Environnement 17 (NE17),
SOS Rivières et Environnement,
UFC Que choisir de la Vienne,
Vienne Nature.

Voir document annexe pour le détail sur les recours.

Lire aussi :

Atelier Sentinelles de l’eau : mer et littoral

Atelier Sentinelles de l’eau : mer et littoral

FNE Nouvelle-Aquitaine et la SEPANSO Aquitaine vous proposent un Atelier Sentinelles pour découvrir le sujet de la mer et du littoral.

Rendez-vous mercredi 29 mai à Bordeaux (3 rue de Tauzia) ou en visio toute la journée pour discuter des enjeux du littoral et de la mer. Cette journée gratuite est ouverte à toute personne intéressée.

Les inscriptions sont possibles en présentiel ou en visioconférence à cette journée. Vous pourrez en apprendre plus sur le cadre juridique de l’environnement marin, sur la diversité statutaire des aires marines protégées et comprendre la stratégie des zones de protection fortes et sa déclinaison sur notre façade Sud-Atlantique.

L’après-midi sera dédié à des formations sur l’action associative en milieu marin et consistera en un retour d’expérience de quatre associations investies sur la mer et le littoral.

Les mal aimés

Les mal aimés

Parce que certains animaux et végétaux sont encore mal perçus, au-delà de leur importance dans le fonctionnement des milieux naturels, ou des « services rendus » par la biodiversité. Ce projet vient questionner notre relation à la Nature, pour comprendre d’où viennent nos réticences, nos méfiances vis-à-vis de certaines espèces, en repérant les divergences entre les représentations culturelles et la réalité scientifique, la réalité des différents élèves et celle d’autres personnes. Ce programme pédagogique permet d’aller à la rencontre des éléments naturels, de s’exprimer sur les émotions que cela éveille en nous, et de faire évoluer les regards.

Crédit photo : A. Dutrey

Ce projet rassemble six associations membres de Poitou-Charentes Nature : Charente Nature, Deux Sèvres Nature Environnement, Groupe Ornithologique des Deux Sèvres, LPO Poitou-Charentes (antenne Vienne et Charente-Maritime), Nature Environnement 17 et Vienne Nature. Il est soutenu financièrement par la Région Nouvelle Aquitaine, la fondation Léa Nature, la Chaire Biodiversité de l’Université de Poitiers, et par les établissements scolaires qui contribuent également.

Depuis la rentrée scolaire 2023-2024, chaque animatrice/animateur de chaque structure accompagne deux classes d’un même territoire autour de ces questions. Ainsi, quatorze classes bénéficient des quatre séances de ce programme cette année.

À l’occasion d’une de ces séances, une rencontre intergénérationnelle sera organisée avec un groupe d’adultes du territoire (association locale, club de randonnée, centre social…) pour échanger sur les différents points de vue sur ces espèces.

Un évènement grand public sera également organisé, à chaque fois localement, afin d’y présenter les découvertes des élèves et pour contribuer à bousculer les idées reçues, les préjugés, les clichés.

A l’occasion du programme, une chanson sur les mals aimés a été composée par Odile Garet !

Formations et prospections libellules en Nouvelle-Aquitaine

Formations et prospections libellules en Nouvelle-Aquitaine

Dans le cadre de la déclinaison régionale du Plan National d’Actions en faveur des Libellules, les associations du Poitou-Charentes Nature vous proposent de vous former à l’identification des Odonates !

Contactez l’association référente pour vous inscrire.

Sorties nature mai 2024

Sorties nature mai 2024

En mai, les associations vous proposent de nombreuses sorties, animations et ateliers ! Des belles occasions de s’émerveiller et d’apprendre le temps des jours fériés et week end ! Consultez notre calendrier et cliquez sur le nom de la sortie qui vous intéresse.

Du 22 au 26 mai aura lieu la Fête de la nature 2024. Les associations organisent plusieurs sorties pour cet événement qui ne sont pas toutes listées ci-dessous, rendez vous sur : https://fetedelanature.com/selections-thematiques/la-fete-de-la-nature-en-nouvelle-aquitaine

Sorties et animations sous inscription, rendez-vous sur le site de l’association concernée pour plus de précisions.

Formations et prospections papillons de jour en Poitou-Charentes

Formations et prospections papillons de jour en Poitou-Charentes

Dans le cadre de la déclinaison régionale du Plan National d’Actions en faveur des Papillons de jour, les associations du Poitou-Charentes Nature vous proposent de vous former à l’identification des Lépidoptères !

Contactez l’association référente pour vous inscrire.

Compléments d’informations :

15 mai en Charente Maritime : Formation papillons (NE17)

Formation écologie et initiation à la reconnaissance des papillons de jour en salle de 18h30 à 21h30. Alentours de Saint Georges des Agoûts (17)
Venez découvrir les Rhopalocères : leur biologie et leur écologie ainsi qu’une initiation à leur détermination.
Renseignements et inscription obligatoire sur :993/fetch%3EUID%3E/www.ne17.fr">www.ne17.fr ou au 05 46 41 39 04

25 mai en Deux-Sèvres : Recherche de papillons prioritaires (DSNE)

Assais-les-Jumeaux, détails fournis lors de l’inscription
La Vallée du Gateau constitue un secteur prioritaire de pelouses sèches avec ses espèces patrimoniales comprenant une espèce en danger d’extinction dont on connaît mal la répartition localement – l’Argus frêle (C. minimus) – qui sera recherchée pendant ce camp de prospection réservé aux entomologistes volontaires. Sortie réalisée dans le cadre du PNA papillons de jour.
DSNE, N. Cotrel, , 05 49 73 37 36

25 mai en Vienne : Formation papillons 1/3 (VN)

Papillons de jour des pelouses sèches – Formation 1/3
Montamisé (86), de 13h30 à 17h
Dans le cadre du Plan régional d’actions en faveur des papillons de jour, cette première formation sera orientée vers les espèces des pelouses sèches. Amateurs et confirmés seront donc les bienvenus pour y voir plus clair dans le vaste monde des Azurés, des Mélitées, des Piérides et pourquoi pas de quelques espèces de Zygènes !
Lieu de R.-V. donné sur inscription. Prévoir vêtements adaptés, filet à papillons si vous avez et pique-nique. Gratuit. Renseignement et inscription obligatoire sur www.vienne-nature.fr ou au 05 49 88 99 04

8 juin en Charente-Maritime : Formation papillons (NE17)

A la recheche des Zygènes vertes
9h30-16h30. Alentours de Mortagne sur Gironde (17)
Apprenez à reconnaître les différentes familles de Rhopalocères et participer à la recherche des Zygènes vertes.
Prévoir pique-nique, eau, vêtements adaptés à la météo et filet à papillons si vous avez
Rens. et inscription obligatoire sur :993/fetch%3EUID%3E/www.ne17.fr">www.ne17.fr ou au 05 46 41 39 04

8 juin en Vienne : Formation papillons 2/3 (VN)

Papillons de jour des prairies humides – Formation 2/3
Vivonne (86), de 13h30 à 17h
Dans le cadre du Plan régional d’actions en faveur des papillons de jour, cette deuxième formation sera orientée vers les espèces des prairies humides. La formation est ouverte à tous, quel que soit le niveau de connaissances. Nous vous donnerons le clés pour déterminer les Azurés, les Cuivrés et autres espèces phares des zones humides.
Lieu de R.-V. donné sur inscription. Prévoir vêtements adaptés, filet à papillons si vous avez et pique-nique. Gratuit. Rens. et inscription obligatoire sur www.vienne-nature.fr ou au 05 49 88 99 04

22-23 juin en Charente-Maritime : Week-end prospection papillons (LPO)

Inscription obligatoire : jusqu’au 10 juin
Saint-Savinien (17350), Puyrolland (17380) sur le terrain (Lieu précis donné à l’inscription), ouvert à tous.
Possibilité de s’inscrire pour les deux jours ou pour un seul.
Nombre de places non limité (15 places prévues pour la nuit en camping) / Gratuit
Renseignement : 
Informations pratiques : nuit du samedi au dimanche en camping incluse, avec petit déjeuner, repas du samedi soir et dimanche midi inclus. Prévoir votre pique-nique pour le samedi midi. Possibilité de s’inscrire pour le week-end entier avec ou sans la nuit en camping, ou seulement le samedi ou le dimanche.

13 juillet en Vienne : Formation papillons 3/3 (VN)

Papillons de jour des zones boisées – Formation 3/3
Montamisé, Vouneuil-sur-Vienne (86), de 9h30 à 16h30
Dans le cadre du Plan régional d’actions en faveur des papillons de jour, cette troisième formation sera orientée vers les papillons des lisières forestières. La formation est ouverte aux débutants et aux confirmés. La journée sera l’occasion de découvrir les Sylvains, les Hespéries forestières, les Théclas ou encore les Nacrés.
Lieu de R.-V. donné sur inscription. Prévoir vêtements adaptés, filet à papillons si vous avez et pique-nique. Gratuit. Rens. et inscription obligatoire sur www.vienne-nature.fr ou au 05 49 88 99 04

9 aout en Deux-Sèvres : Prospection cuivré des marais (DSNE)

Brioux-sur-Boutonne, détails fournis lors de l’inscription
Le Cuivré des marais concentre une partie importante de ses dernières populations en vallée de la Boutonne. Cet inventaire permettra de mettre à jour les connaissances sur ce secteur. DSNE, N. Cotrel, , 05 49 73 37 36

Charente Nature : les dangers de l’utilisation des pesticides

Charente Nature : les dangers de l’utilisation des pesticides

Retrouvez deux articles publiés par Charente Libre : le premier est une tribune de Charente Nature en réaction aux annonces du gouvernement sur le sujet des pesticides et le second est le témoignage de Thomas Loury, ingénieur agronome victime de l’utilisation des pesticides.

CHARENTE NATURE « ESTOMAQUÉE » D’APPRENDRE QU’ATTAL ABANDONNE L’INDICATEUR DE SUIVI DE RECOURS AUX PESTICIDES

Dans une tribune adressée à CL, Charente Nature s’appuie sur les expertises scientifiques qui ont démontré l’ampleur des impacts des pesticides sur la santé humaine et l’environnement pour dénoncer la décision prise il y a peu par le gouvernement Attal.

[VIDEO] A ANGOULÊME, THOMAS LOURY, 51 ANS DONT DOUZE ANS DE PARKINSON : IL RACONTE SA VIE CHAMBOULÉE

Thomas Loury n’avait que 39 ans quand la maladie de Parkinson lui a été diagnostiquée. C’était en 2012. Un tremblement intempestif, un mot qui fait peur. En cette veille de journée mondiale, ce père de quatre enfants raconte cette vie chamboulée.

Crédits photo : Jean-Pierre Sardin et Renaud Joubert

Lire aussi :

Charente Nature : Exposition aux pesticides et son livret Santé Pesticides