Préambule

Depuis l’édition en 1991 de l’annuaire CORINE biotopes (CORINE biotopes Manual – Habitats of the European Community), les habitats sont devenus une porte d’entrée incontournable pour la connaissance des milieux naturels ; situé à mi-chemin entre les notions « d’association végétale » et de « paysage naturel » le concept d’habitat possède en effet un niveau d’intégration suffisant pour échapper aux raffinements parfois labyrinthiques de la phytosociologie tout en restant assez précis pour autoriser une approche fine et féconde de la réalité naturelle ; en ce sens, il constitue un outil privilégié de typologie des milieux mais également une plate-forme d’échange de connaissances entre spécialistes venus d’horizons divers tout en restant accessible au public non spécialisé.

Parue peu après en 1992, la Directive CEE 92/43 dite « Directive Habitats » a par ailleurs jeté la lumière sur un certain nombre d’habitats considérés comme menacés en Europe, tout en posant les bases méthodologiques de la création d’un réseau de sites représentatifs desdits habitats menacés (réseau NATURA 2000). A ce jour, une soixantaine de sites régionaux a été sélectionné, étudié, cartographié et fait – ou va faire – l’objet d’un ument d’Objectifs cherchant à concilier à la fois les préoccupations environnementales et les réalités socio-économiques locales.

Pourtant, malgré l’existence de ces 2 outils privilégiés que sont le référentiel européen des habitats et l’Annexe I de la Directive Habitats, la connaissance des habitats naturels du Poitou-Charentes reste parcellaire et ponctuelle, en dehors des futurs sites NATURA 2000 où un gros travail d’inventaire, cartographique notamment, a été effectué ou de quelques travaux d’approche à vocation plus pédagogique que scientifique. Dans ce contexte, il apparaît désormais important de combler le retard existant entre l’approche « habitats » et l’approche « espèces » pour lesquelles de nombreuses synthèses régionales et/ou atlas ont déjà vu le jour ou sont en projet, tout en alignant les connaissances locales sur la typologie et les critères d’évaluation européens.