Projet Gallaselle – le Contexte

L’une d’entre elles pourtant, la Gallaselle (crustacé isopode, Asellidae), présente un intérêt scientifique et patrimonial de tout premier plan (classée « Vulnérable » sur la Liste rouge nationale UICN/MNHN). Elle a été découverte dans la rivière souterraine de Bataillé (commune de Gournay-Loizé, Deux-Sèvres) au milieu des années 1950.
Depuis cette date, des collectes ponctuelles (menées par des universitaires et biospéologues de passage) ont permis de la retrouver dans les départements de la Charente-Maritime et de l’Indre, tout en révélant une aire de distribution restreinte au grand centre-ouest de la France, et une proximité phylogénétique forte avec des espèces nord-américaines !

De par son endémicité (on ne la trouve donc qu’ici et nulle part ailleurs dans le monde), la région Poitou-Charentes a un devoir d’action et de protection fortes envers cette espèce (déclinaison régionale de la Stratégie nationale de Création d’Aires Protégées du 24/06/2010).
Or, pour protéger cette espèce de manière raisonnée et durable, il convient de mieux connaître l’abondance et la répartition de ses populations, de préciser ses exigences écologiques, et de caractériser ses milieux de vie préférentiels. C’est donc l’ensemble du cortège faunistique associé et la qualité des eaux souterraines qu’il convient de prendre en compte pour mener à bien ce projet (cf. Directives du collectif d’experts réunis à l’initiative de Poitou-Charentes Nature, lors du Séminaire national Gallaselle, qui s’est tenu à Poitiers, en septembre 2012).

Actes du séminaire national Gallaselle – lien pdf