Publications PCN – pour commander

Toutes les publications de Poitou-Charentes Nature :

Plaquette 3 volets 21×15 cm sur le Sonneur à ventre jaune en Poitou-Charentes, gratuite contre 1 enveloppe timbrée affranchie pour envoi à 50g ou envoyée sur demande avec une commande.

Plaquette 3 volets 21×15 cm sur les plantes messicoles en Poitou-Charentes, gratuite contre 1 enveloppe timbrée affranchie pour envoi à 50g ou envoyée sur demande avec une commande.

Frais de port (en France métropolitaine) :
Papillons de jour du Poitou-Charentes : 7,00 € pour 1 exemplaire (lettre) – 14,00 € pour 2 ou 3 ex. (colissimo)
Livre Oiseaux : 14,00 € pour 1 exemplaire ou 20,00 € pour 2 ou 3 ex.(colissimo)
Livre Libellules : 7,00 € pour 1 exemplaire (lettre) – 14,00 € pour 2 ou 3 ex. (colissimo)
Atlas Mammifères / Guide habitats naturels / Catalogue Landes / Plantes messicoles : 7,00 € pour 1 exemplaire (lettre) – 9,50 € pour 2 ex. ou 14,00 € pour 3 ex. (colissimo)
Chauves-souris : Sauve qui peut ou sauve qui veut ? (seul) : 2,90 € pour 1 ou 2 exemplaires
Livret mares ou Plaquette biodiversité seuls : 2,90 € pour 1 exemplaire – 5,00 € pour 2 exemplaires
Autres ouvrages : 1 ex. 4,70 euros / 2 ou 3 ouvrages : 7,00 euros / 4 ou plus : nous consulter

Chargez le bon de commande général au format PDF ou au format Word.
Bon de commande spécifique administrations ou collectivités format PDF et format Word

Pour plus de renseignements, adressez-nous un ou appelez-nous au 05 49 88 99 23

Parution du livre « Les papillons de jour du Poitou-Charentes »

Rencontres naturalistes en Poitou-Charentes les 10 et 11 février 2017 à Vouneuil sous Biard (86): un grand succès!

Ca y est, il est sorti, ce nouveau et superbe livre de 388 pages sur les papillons du Poitou-Charentes, disponible à Poitou-Charentes Nature au prix exceptionnel de 28,50 € au lieu de 30 € prix public.

Cliquez ici pour en savoir plus


Premières rencontres naturalistes en Poitou-Charentes

Poitou-Charentes Nature et ses associations membres ont eu le plaisir d’organiser la première édition des Rencontres naturalistes en Poitou-Charentes, au CREPS à Vouneuil-sous-Biard (86), les 10 et 11 février 2017.

Au programme de ces deux journées, en accès libre : 20 conférences sur des thématiques variées (faune, flore, habitats, listes rouges, trame verte et bleue…), 8 ateliers naturalistes au choix, des expositions, des temps d’échanges avec les associations… ainsi qu’une soirée festive proposée par Vienne Nature en l’honneur de ses 50 ans.

Avec 250 participants ces journées ont été un franc succès apprécié de tous. [Les résumés vous seront proposés d’ici quelques semaines.]

Pour télécharger la version imprimable du programme.


La conférence organisée par Poitou Charentes Nature se tiendra lors du Festival International du Film Ornithologique de Ménigoute, en partenariat avec la radio RCF Poitou, aura pour thème 40 ans de protection de la biodiversité.

  • Monsieur Jean-Pierre RAFFIN, Président d’honneur de France Nature Environnement
  • Madame Geneviève GAILLARD, députée, rapporteure de la loi biodiversité de 2016, membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire
  • Monsieur Michel METAIS, administrateur de Poitou-Charentes Nature
  • Monsieur Nicolas THIERRY, vice-Président du Conseil Régional de la Nouvelle-Aquitaine, membre de la commission « transition énergétique et écologique »

Cliquez ici pour en savoir plus


Le Conseil d’Etat, après de longues années de procédures engagées entre autres par les associations de protection de la nature et de l’environnement, vient d’annuler le décret du 10 janvier 2015 portant Déclaration d’Utilité Publique le projet de LGV Poitiers-Limoges.
Poitou-Charentes Nature se félicite de cette décision courageuse et indépendante des multiples pressions d’élus locaux.
Cliquez ici pour en savoir plus


Le mouvement associatif environnemental se fédère à l’échelon de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes : les trois fédérations de protection de la nature et de l’environnement (Limousin Nature Environnement, Poitou-Charentes Nature et SEPANSO Aquitaine) sont heureuses de vous faire part de la création de la Confédération France Nature Environnement Sud-Ouest Atlantique.
Cliquez ici pour en savoir plus.

Paru le 26 janvier 2016, profitez de la remise que vous accorde PCN
37,05 € au lieu de 39,00 €
sur le beau livre « Les Oiseaux du Poitou-Charentes ».

Pour plus d’informations sur cet ouvrage inédit, à l’iconographie remarquable et accompagné d’un cédérom avec cartographie interactive et photos des oiseaux nicheurs en Poitou-Charentes, cliquez ici


Une ambition commune : « le droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature ».

C’est le sens des « Propositions pour une région durable et solidaire » sur 25 thématiques, allant de la participation citoyenne aux systèmes de production agricole durables, en passant par la gestion de l’eau, la mer et le littoral, la biodiversité et le patrimoine naturel, les pesticides et la santé, l’économie circulaire…

Cette plate-forme 2016 – 2021, à consulter ici exprime, pour plus d’une quarantaine d’associations regroupées au sein de la Coordination Environnement et Développement Durable Nouvelle région (Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes), la volonté de contribuer aux prises de décisions et de participer à la mise en œuvre d’actions concrètes.


Pour profiter de l’offre promotionnelle de déstockage sur le livre Libellules, cliquez ici


Cliquez sur la carte ici pour saisir vos observations d’alyte

Communiqué de presse de Poitou-Charentes Nature le 8 août 2014

La Nouvelle République a relaté le 7 août 2014 le sabotage du limnigraphe chargé de mesurer le débit de la rivière Clain au niveau du pont Saint-Cyprien, à Poitiers.

Selon le journal, l’Association des Irrigants de la Vienne (ADIV) revendique cet acte de vandalisme..

lire la suite…


Depuis octobre 2012, le Guide des habitats naturels du Poitou-Charentes est paru



Le Guide des habitats naturels du Poitou-Charentes, véritable synthèse des connaissances disponibles sur les habitats régionaux vise à mettre à la disposition de tous une somme d’informations rigoureuses présentées de manière attractive et condensée à travers 122 fiches.
Une abondante iconographie, riche de plus de 400 photographies d’espèces ou d’habitats naturels, toutes prises dans des sites régionaux, illustre en outre les fiches.

A la fin du guide, deux index, l’un pour la flore (2 044 espèces), l’autre pour la faune (712 espèces), recensent les espèces caractéristiques : ils permettent d’aider à identifier un habitat à partir d’une espèce connue.

*466 pages au format 17 x 24 cm
*122 fiches illustrées
* en vente au prix de 35 €

cliquez ici pour plus d’informations.


Conférence Santé et pesticides

Qu’il s’agisse d’usages agricoles, de gestion des abords d’infrastructures, des espaces verts publics et enfin des jardins et espaces privatifs, l’usage très important des pesticides est une particularité française. L’impact des pesticides sur les milieux est largement dénoncé depuis des années ; celui encore plus inquiétant sur la santé humaine est maintenant reconnu et révèle tous les jours de nouvelles menaces. La législation nationale a introduit cette année des mesures fermes d’interdiction pour les communes et particuliers, entrant en œuvre dans quelques années.

Nous aborderons spécifiquement lors de ces débats le lien entre santé et pesticides en écoutant des intervenants du monde médical, des représentants de l’Etat, de collectivités locales et de l’activité agricole.

conférence dans le cadre du 30e Festival International du Film Ornithologique

Mercredi 29 octobre 2014
à 10 h, salle Romane

Plus d’informations ici…


Le mouvement France Nature Environnement et ses 3000 associations membres dévoile un ensemble de mesures concrètes pour sortir des crises, invite les candidats aux différentes élections à s’engager sur la voie du Contrat environnemental et lance l’Appel des 3000.

Vous pouvez

  • Combat : Protégeons les zones humides
  • Initiative : une charte pour protéger les chauves-souris
De leur côté, Poitou-Charentes Nature et ses associations membres ont interpellé les candidats aux législatives.

Cliquez ici pour voir les réponses reçues à ce jour

Congrès 2012 de FNE : samedi 28 janvier 2012
Dans le cadre des élections 2012, FNE souhaite apporter au débat ses propositions pour une société prenant plus en compte l’environnement. Ses propositions ont été présentées et débattues le samedi 28 janvier 2012 à Montreuil lors du congrès 2012 de FNE. Plusieurs candidats à l’élection présidentielle, dont François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, François Holande, ont été invités à se prononcer sur ses propositions à cette occasion.

Programme du congrès ici


Conférence Les invasions biologiques


Les invasions biologiques sont considérées par les instances internationales comme une des grandes causes mondiales de régression de la biodiversité avec les destructions d’habitats naturels, les pollutions et la surexploitation de certaines espèces. Toutes les espèces exotiques introduites ne deviennent pas nécessairement invasives. En 2008, on a recensé en Europe 10 882 espèces animales et végétales allochtones, mais on estime que seulement 15 % d’entre elles ont déjà ou devraient avoir à court terme un impact négatif sur l’environnement, l’économie ou la santé, à tel point que la facture induite par les organismes invasifs se monte déjà à 12 milliards d’euros par an utilisés dans des mesures destinées à endiguer leur propagation et réparer les dommages provoqués.
Comment la situation se présente t-elle en Poitou-Charentes ?

Une conférence était organisée dans le cadre du
Festival International du Film Ornithologique à Ménigoute mardi 1er novembre 2011 à 10 h

cliquez ici pour écouter la conférence et avoir plus d’informations.


Parution fin juillet de l’atlas des Mammifères sauvages du Poitou-Charentes


* Le premier ouvrage faisant le point de nos connaissances depuis l’Atlas des Mammifères sauvages de France, publié en 1984 par la SFEPM
* 96 espèces de mammifères sauvages présents en Poitou-Charentes : insectivores, chiroptères, carnivores, artiodactyles, lagomorphes, rongeurs, espèces échappées et exotiques, mammifères marins.
* 48 000 données collectées entre 1985 et 2008
* 750 contributeurs
* une monographie illustrée et accompagnée de cartes pour chaque espèce
* 304 pages au format 21 x 29,7 cm
* en vente au prix de 24 €

cliquez ici pour plus d’informations.


Parution depuis juin 2011 de la plaquette La biodiversité en Poitou-Charentes


* Un bilan des connaissances relatives aux habitats, à la flore et la faune du Poitou-Charentes
* Une approche par groupe biologique qui permet, pour la première fois, de dresser un état des lieux synthétique et global, en identifiant notamment les grands enjeux liés à la préservation de la nature en Poitou-Charentes et en dessinant les perspectives des grands travaux à entreprendre
* Le Poitou-Charentes et son contexte biogéographique, l’évolution des conditions environnementales, les habitats naturels, les plantes sauvages, les champignons, mousses, algues et compagnie, la faune, l’état de la biodiversité en Poitou-Charentes sont successivement abordés
* format 21 x 29,7 cm, 28 pages
* gratuit hors frais d’envoi ou téléchargeable

cliquez ici pour plus d’informations.


L’Atlas des Oiseaux en hiver en Poitou-Charentes

Dans le cadre du projet régional d’Atlas des oiseaux en hiver, les associations ornithologiques de Poitou-Charentes se lancent dans un important travail de terrain afin de mieux connaître l’ensemble des oiseaux présents en hiver sur notre territoire.

Une enquête « Devine qui vient à la mangeoire ? » invite les amoureux des oiseaux à contribuer à cet inventaire durant les mois de décembre et janvier de chaque hiver.

Participez vous aussi !


La Virgule 2e édition, bulletin de liaison régional pour les insectes et autres invertébrés, vient de paraître.
36 pages de bilans, d’articles d’actualité, de conseils et astuces et d’informations diverses sur les 4 départements du Poitou-Charentes sont disponibles gratuitement en téléchargement ici

Lépidoptères (papillons) rhopalocères et hétérocères, Odonates (libellules), Orthoptères (criquets, sauterelles…), Coléoptères et autres invertébrés sont à découvrir !


Interdisons les pesticides dangereux

Votre soutien nous est indispensable pour mener nos actions. Il est urgent de montrer aux pouvoirs publics que le retrait des pesticides dangereux pour les abeilles est une exigence forte de nos concitoyens ! Votre signature peut changer les choses !

Dispersés hors des champs et pouvant migrer vers les pollens et les nectars des plantes, ces produits nocifs se retrouvent présents aujourd’hui dans tous les milieux et maillons biologiques. Les plus nocifs d’entre eux constituent une véritable menace toxicologique et écotoxicologique, causant de graves dommages aux écosystèmes. Certains pesticides sont à l’origine de la surmortalité des pollinisateurs, notamment des abeilles. La survie de plus de 80% des espèces végétales dépend directement de la pollinisation par les insectes ! France Nature Environnement continue son combat contre l’abus des pesticides qui contribuent notamment au déclin des abeilles.

Nous demandons au gouvernement
l’interdiction des pesticides les plus dangereux pour la santé et l’environnement
et l’application pleine et entière du plan Ecophyto 2018.

Cette pétition sera remise au Ministre de l’Agriculture

Pour signer la pétition, allez sur le site de France Nature Environnement grâce au lien suivant


Un cahier technique sur les plantes messicoles du Poitou-Charentes, comprenant un état des connaissances et une carte sur les 76 espèces recensées lors de l’inventaire 2005-2009, vient de paraître (déc. 2010). Ce sont ainsi 188 pages, dont 164 pages couleur, qui détaillent les 3700 données floristiques collectées durant ces 4 ans, ainsi que les données historiques notamment dues au botaniste Yves BARON.
Cliquez sur l’image pour plus d’informations.


Après les oiseaux nicheurs, réalisation d’un atlas des oiseaux en hiver par les associations ornithologiques des quatre départements de Poitou-Charentes, sous la coordination de Poitou-Charentes Nature. Pour cette opération programmée sur la période 2010-2013, toutes les observations de tous les oiseaux vus entre le 1er décembre et le 31 janvier sont les bienvenues. Pour nous aider, cliquez ici
Vous aussi participez à l’opération « Qui vient à ma mangeoire ? » !

Conférence Trame Verte et Bleue, une chance pour la nature : quelle politique en Poitou-Charentes ?

Dans le cadre du Festival International du Film Ornithologique à Ménigoute, Poitou-Charentes Nature organisait samedi 30 octobre 2010 de 10h à 12h30 à Ménigoute une conférence sur la Trame Verte et Bleue.
Ce débat public, mis en oeuvre avec le soutien du Conseil Régional et de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement Poitou-Charentes, était animé par Mickaël Lahcen, et a été radio diffusé sur Radio-Accords les 11 et 17 novembre 2010.
La conférence se déroulait en deux temps :
* une première partie consacrée aux enjeux de la Trame Verte et Bleue (TVB) (point sur la TVB et des démarches engagées en Poitou-Charentes)
* une table ronde, à laquelle participaient Madame Laurence Marcillaud, Conseillère Régionale ; Monsieur Gérard Fallon, Directeur-adjoint de la DREAL ; Madame Geneviève Gaillard, Députée-Maire de Niort ; Monsieur Sébastien Dugleux, Vice-Président du Conseil Général des Deux-Sèvres ; Monsieur Serge Morin, Président du Conservatoire Régional d’Espaces Naturels et Monsieur Michel Caillon, Vice-Président de Poitou-Charentes Nature.

Vous pouvez télécharger ou réécouter la conférence : tous les détails ici


Parution de la nouvelle plaquette sur les chauves-souris du Poitou-Charentes et des fiches pratiques associées

Après l’édition en 1998 de la plaquette en noir & blanc « Connaître et protéger les chauves-souris en Poitou-Charentes » une nouvelle version couleur vient d’être éditée.
Elle est accompagnée de 10 fiches pratiques sur les espèces ou groupes d’espèces présentes dans la région ainsi que sur les différents habitats occupés par ces dernières. Pour télécharger ces fiches ou en demander cliquez ici.


Formation sur les papillons de jour (lépidoptères rhopalocères) du Poitou-Charentes

Dans le même esprit que la formation de juin 2009, une seconde formation régionale sur les papillons rhopalocères, ouverte à tous, s’est déroulée à Saintes le 8 mai 2010 avec une matinée en salle et une après-midi de terrain.

Les 90 participants ont pu visualiser plusieurs diaporamas et contribuer à une sortie très enrichissante. Vous pouvez en voir le compte-rendu ici.
Une nouvelle formation régionale est déjà programmée le 18 juin 2011 en Charente, tandis que des formations départementales vous sont toujours proposées par les associations

Un superbe livre sur les libellules du Poitou-Charentes !

De 2002 à 2008, des dizaines de bénévoles, de chargés de mission ont arpenté ruisseaux, rivières et fleuves, mares, étangs et points d’eau de toute la région pour réaliser un inventaire des libellules du Poitou-Charentes.

Ces insectes remarquables à plus d’un titre, que l’on peut observer chaque année entre mars et novembre, représentent un patrimoine exceptionnel, témoins de la qualité des eaux qu’ils fréquentent.

Avec plus de 60 000 données collectées, c’est un véritable état des lieux sur les 73 espèces de libellules connues dans la région qui vous est livré dans cet ouvrage, avec force détails sur la biologie, l’écologie, les menaces pesant sur les libellules. Vous y trouverez également des conseils pratiques sur les techniques d’observation, sur l’étude ou encore l’identification de ces insectes.

Au format 20 x 27 cm, avec 256 pages, plus de 500 illustrations, cet ouvrage est paru fin 2009. Depuis le 5 novembre 2012, il vous est proposé au prix public exceptionnel de 20 € au lieu de 39 € lors de son lancement.
Vous pouvez profiter d’un prix préférentiel de 37 € pour 2 exemplaires achetés au siège de notre association ou par commande internet. Pour cela, allez à la page sur le Livre libellules, ou sur la page Commandes.

OFFRE EXCEPTIONNELLE : 2 livres Libellules achetés pour 37 € ! Faites vous plaisir et offrez un beau cadeau pour les fêtes par la même occasion !


Conférence-débat sur les Transports routiers de marchandises,
Lundi 26 avril 2010 au lycée Le Porteau à Poitiers puis à Fontaine-le-Comte

Le résumé de ces deux débats ainsi que l’exposé présenté par Gérard ALLARD, membre du réseau Transports et Mobilité Durables de France Nature Environnement sont disponibles en cliquant ici.


Les 11 membres de la Coordination Environnement et Développement Durable (CEDD [1]) ont formulé pour la nouvelle mandature régionale 2010-2014 des propositions en 28 pages sur :

  • Réseau associatif, environnement et Développement Durable
  • Création d’un espace régional de concertation
  • Information – Formation – Éducation
  • Patrimoine naturel et biodiversité
  • Paysages
  • Eau
  • Agriculture et biodiversité
  • Agriculture et citoyenneté
  • Agriculture biologique
  • Consommation et cadre de vie
  • Santé et Environnement
  • Transports
  • Air
  • Énergie
  • Déchets
  • Agenda 21

Téléchargez-les, soutenez-les auprès de vos élus dans leur mise en oeuvre concrète !


Le vendredi 30 octobre 2009 à 15 h à la mairie de Ménigoute, Poitou-Charentes Nature organisait dans le cadre du Festival International du Film Ornithologique de Ménigoute une conférence-débat sur les agrocarburants, en partenariat avec Radio-Accords.
Les 2 parties de la conférence, enregistrées, ont été diffusées les 3 et 4 novembre 2009 de 18h15 à 19 h sur Radio Accords et sont mises en ligne en podcast sur la page consacrée à la Conférence


Aidez-nous à inventorier les papillons de jour en Poitou-Charentes dans le cadre du programme régional d’atlas.


Dans la phase actuelle du projet de Ligne à Grande Vitesse (LGV) Poitiers-Limoges, Réseau Ferré de France (RFF) élabore des « Zones Préférentielles de Passage » définies, entre autres critères, en fonction d’un certain nombre de sites potentiels de raccordement au Sud de Poitiers entre la future LGV et l’actuelle ligne Bordeaux-Paris. Selon nous, ces « Z.P.P » et ces raccordements mettent toutes gravement en danger le cadre de vie et les milieux naturels des communes traversées

Dans ces conditions, Poitou-Charentes Nature, Vienne Nature et la LPO Vienne ont souhaité inviter les élus et le public à une soirée d’information et d’échanges ; après le 15 avril 2009 à Ligugé sur les premiers projets de tracés, c’est à la Maison de la Nature de Lussac-les-Châteaux que 120 personnes ont eu la possibilité le 13 mai de s’informer sur la Zone préférentielle de passage retenue par RFF

Des réunions ont depuis cette date aussi été organisées à l’initiative des municipalités concernées au premier plan par ce projet, à Smarves, Aslonnes….


Des propositions claires et concrètes pour une nouvelle politique de l’eau en Adour-Garonne

Le Collectif Associatif Pour la gestion de l’Eau en Adour-Garonne (CAP’eau, dont fait partie Poitou-Charentes Nature) propose un kit pratique sur l’eau afin de préserver et reconquérir la qualité des eaux et des milieux aquatiques du bassin. A travers ce kit de 13 fiches outils, CAP’Eau Adour-Garonne souhaite montrer qu’une nouvelle politique de l’eau est nécessaire et possible afin de se donner les moyens d’atteindre les objectifs affichés par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) en Adour-Garonne.

Tous les éléments pratiques à télécharger dans l’article consacré à ce sujet


Non au Cruiser, réduisons de 50% l’usage des pesticides !

Signez la pétition pour l’interdiction du Cruiser et l’application immédiate du plan Ecophyto 2018 (site de FNE) :

Utilisé en France depuis janvier 2008 en enrobage de semences de maïs, le Cruiser (produit proche du Gaucho et du Régent), est un insecticide classé dangereux pour l’environnement, dangereux pour les abeilles, les oiseaux et les mammifères sauvages, et très toxique pour les organismes aquatiques.

On compte en France plus de 1000 espèces de pollinisateurs. Ces dernières années, leur surmortalité a été constatée partout dans le monde. Les abeilles sont particulièrement touchées, avec une mortalité annuelle de 30 à 40 %. Il faut savoir que 35 % du tonnage mondial d’aliments végétaux (fruits, légumes, oléagineux, café, cacao…) [2] et la survie de plus de 80% des espèces végétales dépendent directement de la pollinisation par les insectes !

Face à de tels enjeux agricoles, alimentaires, sanitaires et environnementaux, au nom du principe de précaution, nous demandons avec France Nature Environnement :

  • d’interdire immédiatement le Cruiser
  • de mettre en œuvre, sans retard et avec la plus grande vigilance, le plan Ecophyto 2018 issu du Grenelle de l’environnement, qui prévoit la réduction de 50% de l’usage des pesticides

35 000 personnes s’étaient déjà mobilisées contre le Cruiser le 26 mars dernier en signant cette pétition. FNE étudie les possibilités d’action en justice si l’autorisation de mise sur le marché du Cruiser devait malheureusement être délivrée.
Il n’est pas trop tard pour nous rejoindre, alors cliquez vous aussi pour faire entendre votre voix !

Pour en savoir plus sur le Cruiser, les pesticides et le plan Ecophyto 2018, découvrez le dossier pesticides réalisé par FNE

Pour imprimer et afficher la pétition, téléchargez la pétition en format PDF


Dans sa communication relative au projet de LGV Poitiers-Limoges, Réseau Ferré de France (RFF) insiste sur la concertation qu’il a mise en place, allant même jusqu’à indiquer que les organismes agricoles, associations de chasseurs et de protection de l’environnement y sont associés à la recherche de l’itinéraire.

Les 6 associations signataires d’un communiqué tiennent à exprimer leur point de vue

À l’occasion de la quatrième série de « concertations » sur le projet de LGV Limoges-Poitiers, Réseau Ferré de France impose ses choix sans état d’âme.

Un point a été fait sur nos demandes dans trois domaines :
* une politique de prévention des nuisances sonores ;
* la protection de la biodiversité et des mesures compensatoires à la hauteur des enjeux ;
* un programme crédible de ferroutage.

Plus de 100 projets de retenues pour maintenir la culture intensive du maïs en région Poitou-Charentes ! Alors que les ressources en eau sont de plus en plus dégradées, des agriculteurs « déplacent le problème » en s’appropriant la ressource, et en mettant les milieux aquatiques à leur merci.

Missions

• L’étude de la nature, sa protection et l’amélioration de l’environnement et du cadre de vie.

• Le regroupement et la représentation des associations de protection de la nature et de l’environnement dans la région Poitou-Charentes, afin de leur permettre d’agir conjointement au niveau régional, grâce à des groupes de travail :

• sur la protection et la gestion des milieux naturels,

• sur l’agriculture et l’environnement,

• sur l’eau,

• sur la gestion et l’élimination des déchets,

• sur les transports

• sur l’énergie…

Pour cela, Poitou-Charentes Nature siège ou a siégé dans plusieurs instances, notamment :

• Conseil Économique et Social Environnemental Régional (CESER)

• Comité Régional Unique de Suivi et d’Evaluation (CRUSE) sur les fonds européens

• Commission Régionale Agri-Environnement (CRAE)

• Conférence Régionale Agrobio

• Comité Régional d’Orientation de la Politique Sanitaire Animale et Végétale (CROPSAV)

• Comité de pilotage GRAP-Ecophyto Poitou-Charentes

• Comité Scientifique et Technique du Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE : trame verte et bleue)

• Comité régional de suivi de la SCAP (Stratégie de Création des Aires Protégées)

• Comités de Bassin Loire-Bretagne et Adour-Garonne et Commissions Locales de l’Eau

• Commission Régionale de la Forêt et des Produits Forestiers

• Comité Régional Eolien

• Plan Régional de Réduction et d’Elimination des Déchets Dangereux

Plan Régional Santé Environnement : PCN a ainsi par exemple participé à l’élaboration d’un dépliant et d’un guide de Préconisations d’utilisation des eaux de pluie, puits et forages privés (Novembre 2013).

• Plan Régional Santé Autonomie

Atmo Poitou-Charentes

• Comité stratégique du Schéma Régional, Climat, Air, Energie (SRCAE)

• Commission Régionale Transfert de Connaissances et Innovations (CRTCI)

• …

Elle est un “syndicat de la nature et de l’environnement”, afin de défendre l’intérêt général souvent oublié : avoir de l’eau dans les rivières, limiter les comportements accroissant l’effet de serre, choisir des modes de transport raisonnés, promouvoir une agriculture durable, préserver les espaces et les espèces menacés…

Les compte-rendus d’activités des années 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016 donnent un aperçu de la diversité et du nombre d’actions menées en permanence par Poitou-Charentes Nature avec ses associations membres.

LGV POITIERS-LIMOGES : nouvelles atteintes au cadre de vie et à la biodiversité

En effet, après avoir proposé huit points de raccordement possible sur les lignes existantes (Limoges-Poitiers et Bordeaux Poitiers) pour entrer en gare de Poitiers par la bifurcation de Saint-Benoît, Réseau Ferré de France (RFF) a éliminé de sa seule initiative, avant tout débat, cinq sites et ne retient plus que Saint-Benoît , Ligugé et Iteuil. Pour se justifier, RFF évoque la « raison fonctionnelle », c’est-à-dire le temps de parcours : il s’agit d’économiser les 2 ou 3 minutes supplémentaires que coûterait un raccordement plus au Sud de Poitiers, dans une zone beaucoup moins sensible.

Nous regrettons que les graves inconvénients pour les habitations et pour les milieux naturels, bien que clairement identifiés, soient balayés d’un coup de baguette magique. Il a suffit à RFF de modifier la règle établie pour définir les zones d’exclusion sur le tracé entre Poitiers et Limoges, celles où la LGV ne pourra pas passer : au lieu d’un enjeu « très fort », urbanisation, zone Natura 2000, il faudra désormais trois enjeux très forts superposés pour qu’un site mérite d’être épargné !
Sans ce tour de passe-passe, la ligne nouvelle ne passe pas. Il faudrait alors revenir à la solution de bon sens : une rénovation lourde de la ligne actuelle. Elle mettrait Limoges à une heure de Poitiers et désenclaverait les territoires intermédiaires.
Nous considérons que l’urgence c’est la desserte de Bellac et Montmorillon par des TER performants circulant de bout en bout sur une ligne enfin électrifiée. Le culte de la vitesse pure n’a rien à voir avec l’aménagement du territoire.

Mais telle n’est pas la logique de RFF, exclusivement préoccupé de performance : mettre Limoges à 2 h de Paris. Tout gain de temps, si minime soit-il, l’emporte donc sur les facteurs humains et environnementaux.

En refusant systématiquement de placer les bourgs et les hameaux en zone d’exclusion, RFF sacrifie délibérément les habitants riverains de la future ligne Poitiers-Limoges. Dans le même esprit, il se déclare prêt à trancher dans le réseau dense de zones naturelles, protégées sous des statuts divers, qui caractérise les territoires traversés, en particulier le Montmorillonnais.
Les riverains du projet de la LGV SEA et nos associations en font déjà la triste expérience : RFF n’a cure de la notion de biodiversité et pas davantage de la dimension humaine, il préfère couper des hameaux en 2 et proposer ensuite l’expropriation comme réparation du dommage subi !

Notre participation à la « concertation » ne saurait cautionner ce gâchis : 10 trains seulement par jour et des dégâts irréversibles pour un coût estimé à 1,3 milliards d’euros !

Rappelons la priorité donnée par la loi Grenelle à la rénovation du réseau ferré actuel, en bien piteux état : la ligne actuelle Limoges-Poitiers !

Dans la phase actuelle, RFF élabore des « Zones Préférentielles de Passage » définies, entre autres critères, en fonction d’un certain nombre de sites potentiels de raccordement au Sud de Poitiers entre la future LGV et l’actuelle ligne Bordeaux-Paris. Selon nous, ces « Z.P.P » et ces raccordements mettent toutes gravement en danger le cadre de vie et les milieux naturels des communes traversées

Dans ces conditions, Poitou-Charentes Nature, Vienne Nature et la LPO Vienne ont souhaité inviter les élus à une soirée d’information et d’échanges, qui s’est déroulée le mercredi 15 avril à Ligugé.
Une nouvelle réunion d’information pour le grand public a été organisée à Lussac-les-Châteaux le 13 mai, en présence de plus de 120 personnes !

Plusieurs questions restent posées :

· Combien de trains circuleront par jour dans les deux sens en respectant les 2 heures annoncées entre Limoges et Paris ?

· Quels horaires pourront être garantis, compte tenu du couplage obligatoire en gare de Poitiers et de la saturation du trafic à l’approche de Paris ?

· A qui profitera la nouvelle liaison : vers Limoges ou à partir de Limoges ? En clair : sera-t-elle un outil de revitalisation ou d’appauvrissement ?

· Quelle va être la réelle charge financière en matière d’investissement et d’entretien pour les collectivités et communes concernées : endettement de combien, et sur combien de temps ?

· Quelles assurances peuvent être données que cette nouvelle ligne sera rentable et ne devra pas être soutenue par les fonds publics des territoires concernés ?

· Qu’en pensent les futurs utilisateurs et surtout les citoyens concernés par le passage de la future ligne : sont-ils vraiment au courant et parfaitement informés ?

Toutes ces questions méritent des réponses claires et précises.

Du point de vue de nos associations [3], le débat est loin d’être clos, y compris donc sur l’opportunité du projet et la recherche de solutions alternatives.

Communiqué de presse complet du 4 avril 2009

Avis de Poitou-Charentes Nature du 15 décembre 2010 : fin étape 2

LGV Poitiers-Limoges : fin d’étape 2 – le bilan

L’ensemble de cet avis est téléchargeable au format pdf

1.BILAN DE LA NON- CONCERTATION.

1. 1. L’ABSENCE DE TOUT DOSSIER.

Nous nous interrogeons sur les raisons qui ont poussé RFF à diffuser un dossier amputé d’un élément essentiel d’appréciation : l’étude socio-économique et les prévisions de trafic qu’elle induit. Le bureau d’études qui en a la charge a pris du retard. On le comprend… Plus étrange encore : si comme l’annonce RFF, le dossier doit parvenir sur le bureau du Ministre avant fin 2010, cette étude, attendue pour courant janvier 2011, ne sera pas jointe au dossier fourni au Ministre… A moins qu’il ne se contente des quelques pages de banalités de base fournies dans le dossier de fin d’étape 2 sous l’étiquette « socio-économique ».
Cette micro-étude évoque les « effets d’image » et de « notoriété » induits par les LGV, glose sur une psychothérapie LGV de « renforcement de la conscience et de la confiance des acteurs locaux en leurs atouts » mais n’aborde l’avenir économique post LGV que pour signaler un modeste retour d’expérience sur Marseille et Nantes : des « répercussions » très décalées dans le temps sur le tertiaire supérieur et le tourisme. Prudent, l’auteur s’interdit d’extrapoler pour Limoges, faute d’un véritable « système métropolitain ». Une seule prévision : l’accroissement de la mobilité des catégories sociales déjà « fortement mobiles ». Accroissement donc de la fracture ferroviaire.. Quant à l’effet « création d’emplois » tant vanté par le lobby pro-LGV-Poitiers-Limoges, il faudra sans doute attendre le véritable dossier économique du bureau d’études « MIRAGE ».
Cette étude fantôme a déjà beaucoup fait parler d’elle : le 21 avril 2010, le représentant de la SNCF contestait, dans le cadre d’un atelier thématique, les prévisions de trafic surestimées communiquées par RFF ainsi que les temps de trajet minimisés, sans que cette esquisse de contre-expertise ne donne lieu à une réplique umentée(cf CR par RFF). Seule réponse : le Garant de la « concertation » regrettant dans son rapport de fin d’étape 2 (p.15) que la SNCF se soit exprimée dans le cadre d’un atelier ouvert aux associations ! Bravo la transparence !

Le 24 août 2010 en Préfecture de Poitiers, lors d’une réunion de préparation du Comité des Financeurs des Etudes, les association présentes, dont Poitou-Charentes Nature et Vienne Nature, contestent les prévisions de trafic et, devant les explications confuses de RFF, obtiennent l’accord du Préfet pour un groupe de travail où RFF prendra le temps de s’expliquer… A la mi-décembre, nous attendons encore que cet engagement soit tenu, malgré le rappel effectué par Poitou-Charentes Nature auprès du Préfet le 28 septembre 2010. Mais l’étude absente avait semé le trouble bien avant : en amont, RFF a refusé l’intervention sur les aspects socio-économiques et prévisions de trafic, en atelier thématique « fonctionnalités », d’un expert de Poitou-Charentes Nature, attaché au pôle « Transport-Mobilité Durable » de France Nature Environnement.
L’argument allégué fut simple : « ce type de réflexion est prématurée. »
Bref, il est toujours trop tôt pour se préoccuper de l’essentiel ! Car il s’agit bien d’une approche décisive : qu’est ce qui peut aujourd’hui convaincre les financeurs d’arrêter les études sur le projet de RFF, puisque ni le saccage environnemental ni le déni d’aménagement du territoire ne semblent suffire ? IL SUFFIRAIT SANS DOUTE QUE SE DEGONFLE LA BAUDRUCHE DE LA LGV CREATRICE D’EMPLOIS PERENNES.
Il est surprenant que le Comité des Financeurs des Etudes d’août dernier ait approuvé le projet de RFF en l’absence d’étude socio-économique. Il est étrange qu’aujourd’hui RFF sollicite des avis formels en l’absence de cette étude. Espérons que le Ministre refusera de se prononcer sans que ses services n’aient eu le temps d’étudier de près les modèles prédictifs que RFF finira par produire.

1.2. UNE CONCERTATION EN TROMPE L’ŒIL.

1.2.1.LA « CHARTE » ou L’ART de S’ASSEOIR SUR LES REGLES :

Une « Charte »de la concertation a été octroyée sans prise en compte des demandes associatives formulées dès sa présentation le 25 septembre 2008 à Limoges.
Voici deux exemples de cette « révolution culturelle » comme l’écrit le Garant (p. 5 de son rapport) : refus d’un délai d’au moins 2 semaines entre envoi des uments et tenue de l’atelier..C’était pourtant la condition d’une participation éclairée des associations et des services de l’Etat. Quant à l’intervention en ateliers d’experts proposée par les associations, cette demande, basique, a été péniblement accordée moyennant des conditions qui l’interdisaient : il aurait fallu que l’intervention soit improvisée dans les huit jours, entre convocation et atelier (ou soit organisée sur un ordre du jour inconnu avec date et lieu inconnus !). Elle devait de plus être subordonnée à une décision à chaud de cet atelier, libre d’accepter ou non l’expert. Résultat : RFF s’est assuré le monopole des expertises. En annonçant huit jours à l’avance une intervention d’expert sur le bruit le 20 janvier 2009, il a interdit de facto tout exposé alternatif. Quelques minutes de débat ne peuvent répondre à un exposé de bureau d’études. Plus tard, l’intervention d’un second bureau d’étude sur le bruit sera elle aussi parachutée sans le préavis qui aurait permis de produire un expert sur un thème où RFF se sait contesté sur les terrains scientifique et technique(mode de « mesurage », validité du modèle MITHRA fer,…)..et attendu au tournant par les communes péri-urbaines traversées (telle Le Palais S/Vienne). Ce souci de verrouiller l’information contredit la volonté de concertation affichée.
L’idée, venue du CNDP, d’une règle du jeu acceptée par tous était pourtant séduisante Mais RFF ne pouvait respecter aucune règle, étant donné son objectif : gagner une course contre la montre afin de mettre les « partenaires » hors d’état de suivre le rythme et afin, surtout, de lancer l’enquête publique avant les dates d’application des arrêtés issus des lois Grenelle. Exemple flagrant : malgré l’accord de tous sur la règle proposée par RFF d’éviter toute zone identifiée comme « enjeu très fort », brusquement la règle est remplacée : évitement de toute zone qui cumule TROIS enjeux très forts. Sinon, argumente RFF, on ne passe pas. C’est une démonstration lumineuse : puisqu’il faut à tout prix passer, changeons la règle et supprimons la notion d’évitement.. Et rendons inutile la concertation engagée sur les critères de définition d’un enjeu Moyen, Fort, Très fort.
Tout ceci a fait de la Charte une pure opération de communication, au demeurant mal mise en scène : personne ne l’a signée.. Ce raté nous a laissé les coudées franches pour diffuser l’état des ZPP lorsqu’il est devenu évident que les « ateliers de concertation » servaient à protéger la confidentialité du projet : le huis-clos entre RFF, administrations et associations, excluait élus et riverains potentiels. Le Garant écrit dans son rapport que RFF a attendu la réunion du 27 avril 2009 en Préfecture de Poitiers pour découvrir que les élus, alertés par nos soins, étaient demandeurs d’information par voie de réunions publiques.

1.2.2. CONTENU de la CONCERTATION.

RFF n’a jamais promis de co-décision, et nous avons toujours été d’accord là dessus :c’est aux élus de décider, en fonction des mandats reçus. Nous ne revendiquons aucune part de décision.
Rapide définition : une concertation permet d’envisager en fonction des critiques et des propositions des solutions alternatives qui sont étudiées et proposées aux élus. Ce que RFF a conduit sous le nom de « concertation » s’est limité à une information détaillée en temps réel : elle a permis de suivre, le nez dans le guidon, les avancées et les tâtonnements des bureaux d’études. Ce n’est pas négligeable. Mais ce n’est que de l’information.
La participation demandée aux acteurs, associatifs ou institutionnels, a été de l’ordre du pense-bête : n’oubliez pas que TOUS les affluents de la Gartempe sont concernés par la réglementation Natura 2000. C’est grâce à ce type de coopération que RFF a évité d’oublier les mines d’uranium limousines pour dessiner ses premières ZPP, et gagner du temps.
RFF argue des choix qu’il a proposés entre « variantes ». Il s’est agi de choisir entre Charybde et Scylla. Exemple à Aslonnes : soit impact sur la ZNIEFF des sources tuffeuses, soit impact sur le hameau de Vaintray. C’est de bonne guerre pour tenter d’opposer défenseurs de la nature et défenseurs du cadre de vie. C’est une tactique vouée à l’échec quand les APNE associent les deux objectifs et que maires et riverains manifestent un fort attachement à leur patrimoine naturel.
Tout le travail d’examen en ateliers des très nombreuses possibilités théoriques de passage s’est révélé inutile puisque seul l’impératif de gain de temps était au final considéré comme décisif dans les drôles de « synthèses » concoctées par RFF. Cette règle n’a subi qu’une exception, imposée par le Comité des financeurs de novembre 2009 : le raccordement PB3 Sud choisi sur Iteuil-Aslonnes (Sud de Poitiers) présente un handicap de 2 minutes mais permet d’éviter des ouvrages d’art trop coûteux sur le Clain et des complications politiques : on épargne la CAP (Grand Poitiers).
Nombre de « variantes » proposées à la réunion N°3 de l’atelier Environnement se sont révélées fictives : tous les « jumelages » avec la ligne actuelle étaient voués à être récusés pour des raisons techniques et de sécurité qui limitent la vitesse à 220 km/h. Quant aux HUIT sites de raccordement possibles au Sud de Poitiers, RFF en élimine QUATRE, dont les deux envisagés sur la ligne actuelle Limoges-Poitiers, sans attendre la réunion N°4 et sans débat, comme s’ils n’étaient là que pour la figuration.
Aucune prise en compte de la demande conjointe des 2 DIREN pour l’étude de « solutions complémentaires » (Avis du 12.12.06).

2. LE FOND DU PROBLÈME.

2.1 RÉHABILITATION DES LIGNES ACTUELLES.

2.1 1. POITIERS-LIMOGES

Sa réhabilitation n’est pas un fantasme : elle a déjà été engagée avec succès (trajet de bout en bout en 1h30) par les Régions, après ¾ de siècle de quasi abandon. Une seconde phase doit être étudiée afin de mettre Limoges à environ 1h de Poitiers : même « lourde », cette modernisation coûtera infiniment moins cher qu’une LGV et jouera un rôle décisif dans le désenclavement des territoires ruraux du Limousin et du Sud-Vienne (Montmorillonnais, Lussacois). C’est le seul choix socio-économique qui réponde aux besoins de territoires ruraux enclavés. Nul n’imagine la survie d’une ligne secondaire en parallèle avec une LGV confisquant tout le trafic de bout en bout : une LGV condamnerait à terme la ligne historique à la mort lente.
Sur le plan environnemental, l’utilisation de l’emprise de la ligne actuelle aura l’immense avantage de ne pas créer une seconde barrière, bien plus dommageable pour la circulation des espèces. Nous ne rêvons pas : la localisation de tronçons à 2 voies et l’éventuelle rectification de courbes poseront des problèmes d’insertion. Mais sans commune mesure avec ceux d’une LGV.
L’étude a été éludée par RFF au nom du sacro-saint impératif de vitesse. Elle doit être conduite par un organisme indépendant, dans l’esprit de l’audit du réseau ferré réalisé par l’École Polytechnique de Lausanne et envisager toutes les possibilités : électrification, passages à 2 voies, rectifications de tracé.et de profil en long..Pas question d’une LGV au rabais, mais d’une ligne adaptée à des TER rapides : on sait faire circuler des TER-Grande Vitesse à 160 km/h.
Cette étude est de droit : une des conclusions du Débat Public auquel RFF et le lobby LGV se référent sans cesse a été le choix de l’« option centrale » dans toutes ses variantes, y compris l’utilisation du tracé actuel, situé dans le fuseau retenu. Nous l’avons rappelé sans cesse : cette utilisation est une VARIANTE à l’intérieur de l’option centrale.
Adressée à Vienne Nature, une lettre de RFF datée du 4 septembre.2007 le confirme sous la signature du Chef du Service Projets d’Investissements : « la réutilisation pour tout ou partie de la ligne actuelle Poitiers-Limoges s’inscrit dans le cadre de l’option centrale. ».
Et la Région Poitou-Charentes le réclame très officiellement, alors qu’elle est un des deux plus gros financeurs potentiels… Elle évoque la loi d’août 2009 (art 12) qui prévoit à propos du programme de lignes nouvelles une concertation avec les collectivités territoriales et particulièrement les Régions, notamment « sur les priorités » et « les alternatives à la Grande Vitesse. »

2. 1.2. LIGNE POLT

Une LGV Poitiers-Limoges condamnerait toute modernisation de la ligne historique reliant Limoges à Paris, malgré les efforts déjà consentis par les régions. Nous renvoyons à l’argumentaire de Limousin Nature Environnement, de l’Association « Urgence ligne POLT » et du « Collectif Non LGV-Oui POLT » pour un raccordement de Limoges et du Limousin au réseau LGV par cette ligne, naguère la plus rapide de France.

2.1.3. SAUVER LE RESEAU

La remise à niveau et la modernisation du réseau existant, y compris la réouverture de certaines lignes fermées au trafic est une des priorités du Grenelle Les ralentissements chroniques, les défaillances actuelles liées au froid ne font qu’illustrer les problèmes d’insuffisance d’entretien et de panne dans la modernisation d’un réseau pourtant exemplaire par son maillage du territoire.. Nos demandes s’inscrivent dans ce cadre national.
Nous souhaitons qu’une ligne TER moderne entre Poitiers et Nantes prolonge une ligne rénovée Limoges-Poitiers afin d’ouvrir Limousin et Poitou sur la métropole nantaise.
Nous constatons que l’électrification de Tours-Vierzon préfigure un axe Europe centrale-façade atlantique qui ne passe pas par Poitiers-Limoges et nous espérons qu’il complétera la future Autoroute Ferroviaire Atlantique pour engager un report sur le rail de l’augmentation prévisible du fret routier.

2.2. TGV : UNE TECHNOLOGIE INADAPTEE AUX TERRITOIRES

2.2.1. « ON NE PASSE PAS »

Nous n’avons pas grand mérite à avoir prévu, dés la phase Débat Public, qu’aucun tracé conforme au cahier des charges LGV n’était possible entre Limoges et Poitiers, sauf à payer un prix disproportionné en saccage de la biodiversité et du cadre de vie. Il suffisait de connaitre un tant soit peu les territoires concernés : paysages bocagers, réseau remarquable de cours d’eau et de zones humides, flore et faunes protégées ; habitat dispersé..
Il suffisait de se référer à la bibliographie et aux connaissances des associations de protection de la nature et de l’environnement et du Conservatoire Régional d’Espaces Naturels. Le travail de terrain l’a confirmé. Mais RFF s’est refusé par dogmatisme à modifier son cahier des charges en fonction des contraintes du territoire. Il a considéré comme non négociable le dogme du « Limoges à 2 heures de Paris ». Derrière cette exigence attribuée aux « grands élus » de Limoges et Poitiers, se cache la conception rigide que se fait RFF de la grande vitesse : il faut absolument une ligne adaptée à une vitesse « normative » de 350 km/h.,donc exploitable à 320, d’où des impératifs de courbure et de profil en long draconiens. D’où une chasse implacable à la minute perdue. Et le refus d’éviter les zones à très fort enjeu biodiversité dès que RFF s’est rendu à l’évidence : on ne passe pas.
C’est déjà une violation de la loi : dans la trilogie évitement-réduction d’impact- mesures compensatoires, c’est l’évitement qui est PREMIER.Une fois de plus, RFF considère que les futures compensations qu’il lui faudrait bien concéder (si le projet se réalisait) valent permis de détruire.

2.2.2. UNE ZPP DE COMBAT.

Résultat : une ZPP dite « de moindre impact » qui compromettrait de manière irrémédiable le capital naturel des régions.

2.2.3 CONTINUITES : A VOIR PLUS TARD.

Cette ZPP a été définie avant les études qui permettront d’identifier les continuités écologiques-réservoirs de biodiversité et zones tampon- et donc les Trames Vertes et Bleues. L’infrastructure devra pourtant les prendre en compte. L’état initial (Dossier B) se contente de résumer des généralités pour montrer que RFF sait qu’une approche fonctionnelle est désormais obligatoire. Il énumère les espèces protégées et les habitats menacés sans description des corridors, bien que l’impact destructeur d’une infrastructure linéaire de transport réside d’abord dans l’effet barrière et le cloisonnement de l’espace.. Peu importe que les futures études sur les continuités soient de qualité : RFF n’en tiendra aucun compte puisque le tracé est défini. C’est un retour d’expérience que nous devons à la LGV-SEA.

2.2.4. DES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX MAJEURS.

Malgré les délais imposés, l’approche de l’état initial identifie déjà des enjeux qui justifient pleinement notre demande d’évitement. Cette exigence sera réitérée par le Comité National de Protection de la Nature, qui ne badine pas avec les espèces et les habitats protégés et par la Commission européenne, très vigilante à l’égard des espèces et habitats d’intérêt communautaire, dans et hors zones Natura 2000..
Quelques enjeux majeurs en Vienne :

  • habitat aux Treilles (Vaintray) ; au Benest, à Pouzac (La Villedieu), aux Bordes (Gouex)
  • les vallées :
    = vallée du Clain et sa zone inondable : habitats naturels (prairies humides du Port et de La Grève à Iteuil ; aulnaie-frênaie) ; loutre et castor ; territoire des Chiroptères ; espèces piscicoles patrimoniales ; corridor pour migrateurs ; paysage (tranchée dans le coteau de Vaintray). Proximité des sources tuffeuses de Port Laverré (enjeu très fort)
    = vallée de la Vienne chiroptères ; loutre et castor ; oiseaux patrimoniaux
    = Dive, Petite Blourde (Écrevisse à Pattes Blanches), Miosson, et les autres.
  • Amphibiens : les Grêles (La Villedieu) ; bois de la Pitage (Lhommaizé) ; Puits des Châtaigniers (Mazerolles) ; site de reproduction près des carrières Maillocheau à Mazerolles/Gouex ; Fosse aux Loups (Lussac) ; étang de la Pièce du sapin à Persac ; Lathus St Rémy ;
  • Avifaune : oiseaux de plaine (Aslonnes) ; espèces patrimoniales au Bois de l’Abbé et de Vernon ; à Fleuré et Dienné. ; vallée de la Dive ; hivernage et nidification aux étangs de Maleffe, Grosbot (Persac), Bois des Essarts du Chanceau (Persac) ; Brades de Ligaudière (Moulismes)
  • boisements à grande faune et chiroptères Parc au Chevreuil (La Villedieu) ; Bois de Vernon ; bois de Pouzioux, Bois de Daim…
  • enjeux floristiques : mare et Bois de Laffa (Fleuré) /Lhommaizé) ; ruisseau des Ages (Persac) ; Pièce de la Croix ( (Moulismes) ; herbiers aquatiques à Potamot (Fosse aux Loups)
  • Habitats naturels (18) : lande humide à la ferme de Pouzac (La Villedieu) et à Dienné (bois de Saudour) ; pelouse calcicoles (rive droite de la Dive à Lhommaizé ) ; chênaies sessiflores (Bois des Renaudières à Mazerolles ; bois de L’Etang à Persac) ; habitat d’intérêt communautaire au ruisseau des Ages à Persac (Etang de la Crouzette) ; aulnaie marécageuse à Carex (Etang des Moulins à Mazerolles) ; landes arbustives de lisière (Bois du daim) eaux stagnantes à Odonates : source de Font l’Agneau (Lhommaizé) ; tourbière aux Brandes de Lavaud (Moulismes) :landes à bruyères à Lhommaizé-Mazerolles.
  • Territoires de chasse et corridors à chiroptères : ruisseau de Goberté à Mazerolles, vallée de la Petite Blourde
    L’état initial pointe l’Etang de la Crouzette comme « l’élément le plus remarquable de la ZPP » (au moins 3 espèces protégées) mais ce type de hiérarchisation des enjeux, outre qu’il est prématuré, constitue un quasi feu vert à la destruction d’habitats tout aussi importants.

CONCLUSION

Le projet de LGV Limoges-Poitiers est incompatible avec un développement soutenables de nos régions : il manifeste une totale méconnaissance des besoins urgents de décloisonnement des territoires ruraux ; il ignore la valeur intrinsèque, mais aussi sociale et économique de leurs richesses en biodiversité. Nous sommes solidaires de l’ensemble des associations et collectifs citoyens qui proposent une réhabilitation des deux lignes historiques concernées et l’abandon pur et simple du projet de LGV Poitiers-Limoges.

Conférence: « 40 ans de protection de la biodiversité »

Conférence organisée dans le cadre du 32e Festival International du Film Ornithologique
Dimanche 30 octobre 2016
Ménigoute – salle Romane de 10h à 12h

La conférence organisée par Poitou Charentes Nature, en partenariat avec la radio RCF Poitou, aura pour thème 40 ans de protection de la biodiversité.

Il y a quarante ans, la loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature a reconnu la préservation des espèces animales et végétales, ainsi que la protection des milieux et ressources naturels d’intérêt général. Elle constitue toujours aujourd’hui l’un des piliers du droit français de l’environnement.
Aujourd’hui, près de 2 000 espèces bénéficient d’une protection intégrale ou partielle, nationale ou régionale, en France métropolitaine.
Mais ces « succès » ne doivent pas occulter les dizaines de milliers d’espèces abritées par les territoires français dont la situation s’est globalement détériorée.

Nous traiterons dans la première partie de la conférence l’historique de la loi de 1976 et l’évolution amenant à la nouvelle loi de 2016.
Quant à la deuxième partie de la conférence, elle abordera le bilan de l’action des associations de protection de la nature depuis 40 ans, ainsi que la politique à venir de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de biodiversité.

Interviendront pour la première partie :

  • Monsieur Jean-Pierre RAFFIN, Président d’honneur de France Nature Environnement
  • Madame Geneviève GAILLARD, députée, rapporteure de la loi biodiversité de 2016, membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire

Interviendront pour la deuxième partie

  • Monsieur Michel METAIS, administrateur de Poitou-Charentes Nature
  • Monsieur Nicolas THIERRY, vice-Président du Conseil Régional de la Nouvelle-Aquitaine, membre de la commission « transition énergétique et écologique »

avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine :

 

Rencontres naturalistes en Poitou-Charentes
à Vouneuil sous Biard (86) : inscrivez-vous!

Premières rencontres naturalistes en Poitou-Charentes

Poitou-Charentes Nature et ses associations membres ont le plaisir de vous proposer la première édition des Rencontres naturalistes en Poitou-Charentes, au CREPS à Vouneuil-sous-Biard (86), les 10 et 11 février 2017.

Au programme de ces deux journées, en accès libre : 20 conférences sur des thématiques variées (faune, flore, habitats, listes rouges, trame verte et bleue…), 8 ateliers naturalistes au choix, des expositions, des temps d’échanges avec les associations… ainsi qu’une soirée festive proposée par Vienne Nature en l’honneur de ses 50 ans. Alors n’hésitez plus, inscrivez -vous vite !

Pour consulter le programme complet, obtenir toutes les informations pratiques (Restauration et Hébergement possibles sur place) … et vous inscrire.

Date limite d’inscription le 30 janvier 2017.

Pour télécharger la version imprimable du programme.

People4Soil : qu’est-ce que c’est ?

QUI

Nous sommes un réseau libre d’organisations.

“People 4 Soil” est un réseau libre et ouvert d’ONG européennes, d’instituts de recherches, d’associations d’agriculteurs et de groupes environnementaux. Nous sommes très inquiets par la dégradation croissante des sols aussi bien au sein de l’UE qu’au niveau mondial : l’érosion, l’imperméabilisation des sols, la diminution des teneurs en matières organiques, le phénomène de tassement du sol, la salinisation, les inondations, les glissements de terrain et la contamination ont des impacts négatifs sur la santé humaine, la sécurité alimentaire, les écosystèmes naturels, la biodiversité et le climat ainsi que sur notre économie.

QUOI

Nous voulons que l’Europe reconnaisse le sol comme étant un bien commun.

Nous voulons faire pression sur les institutions européennes afin que soit adoptée une législation spécifique en matière de protection du sol qui fixe les principes et les règles que les Etats Membres doivent respecter. Nous voulons que l’Europe reconnaisse le sol comme étant un bien commun essentiel pour notre vie et en assume la gestion durable comme engagement prioritaire.

POURQUOI

Aujourd’hui le sol n’a pas de droits.

Aujourd’hui le sol ne fait pas l’objet d’un ensemble de normes cohérentes dans l’Union Européenne : la proposition de directive cadre sur le sol a été retirée en mai 2014 après huit ans de blocage de la part d’une minorité des Etats Membres. Les politiques communautaires existantes dans d’autres secteurs ne sont pas suffisantes pour garantir un niveau de protection adéquat pour tous les sols en Europe.

COMMENT

Avec une pétition promue par les citoyens européens

Les citoyens européens ont le droit de prendre directement part à l’élaboration des politiques de l’UE par le biais de l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE). En adhérant à “People 4 soil” devenez promoteurs d’une pétition visant à introduire une législation spécifique en matière de sol en Europe. Lorsque l’initiative sera lancée nous vous demanderons de vous engager dans la diffusion de la pétition.

QUAND

À partir de Septembre 2016, pour 12 mois

Aussitôt l’enregistrement de la proposition d’initiative confirmé, les organisateurs peuvent commencer à recueillir des déclarations de soutien auprès des citoyens. Nous disposons de 12 mois pour recueillir le nombre requis de déclarations (1 million au total, avec un nombre minimum dans au moins 7 États membres).


Pour signer la pétition, cliquez sur le lien suivant (site sécurisé agréé par l’Union Européenne) :


import spip

Liste rouge des Amphibiens et Reptiles du Poitou-Charentes

Les Listes rouges des Amphibiens et Reptiles du Poitou-Charentes portent sur l’ensemble de l’herpétofaune régionale, soit 24 Amphibiens et 19 Reptiles, à l’exception des espèces exotiques ayant fait l’objet d’une unique observation dans la région ces 10 dernières années (individus échappés de captivité, souvent prélevés et n’ayant pas fait l’objet d’observations ultérieures).
L’évaluation de ces deux groupes s’est appuyée sur la sollicitation d’un comité d’experts composé de 23 personnes représentant 13 structures (associations de protection de la nature, naturalistes indépendants, Réserves Naturelles Nationales, CESTM Aquarium de la Rochelle, CNRS, MNHN).
Les listes établies ont été validées par le CSRPN le 3 mars 2016 et labellisées par l’UICN le 15 mars 2016

Pour télécharger la Liste rouge des Amphibiens et Reptiles du Poitou-Charentes