Bruit de la LGV : des nuisances prévues par les associations

Bruit de la LGV : des nuisances prévues par les associations

Bruit de la LGV : des nuisances prévues par les associations

Alors que de très nombreuses plaintes de riverains de la LGV Sud-Europe Atlantique sont relayées dans la presse locale depuis l’ouverture de la ligne le 2 juillet dernier, obligeant Lisea à mener plus de mesures de contrôle du bruit émis que prévu, Poitou-Charentes Nature rappelle qu’elle avait identifié ce problème dès l’enquête publique de ce projet; elle demandait déjà à l’époque des mesures allant au-delà des seuils réglementaires… (voir l’article concerné).

Lire le communiqué de presse

Confédération France Nature Environnement Sud-Ouest Atlantique

Communiqué de presse
Les statuts et la charte des valeurs de ce nouvel acteur environnemental de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC), ont été adoptés lors de son assemblée générale constitutive qui s’est tenue le 3 mars 2016 à La Couronne (Charente), au cours de laquelle son bureau et son président, M. Michel HORTOLAN issu de Poitou-Charentes Nature, ont été élus.

Cette Confédération a pour objet principal la protection de la nature et de l’environnement, indispensable au bien être des habitants de la Région, source d’équilibre entre les différents intérêts sociaux, économiques et écologiques. Elle compte 18 000 adhérents, militant dans 200 associations fortes de plus de 150 salariés.

Elle agira en concertation avec ses membres, dans le respect de leur indépendance sur chacun de leurs territoires et des actions qu’ils y mènent. [34]

Sa première mission sera de faciliter le dialogue et les relations entre les trois fédérations, leurs membres et les services de l’Etat et de la nouvelle collectivité régionale. Elle vise à être rapidement reconnue comme un interlocuteur incontournable dans le domaine de l’environnement en Région ALPC et à être admise dans les instances de concertation régionales.

Sur l’un des dossiers qui font l’actualité de ces dernières semaines, elle défendra le développement d’une agriculture durable se libérant de l’usage des pesticides, limitant sa consommation en eau et refusant les fermes usines.

Elle soutiendra aussi les trois fédérations dans leur opposition aux projets de lignes ferroviaires à grande vitesse dans le Sud-Ouest (Poitiers/Limoges, Bordeaux/Toulouse et Bordeaux/Dax), terribles menaces sur la biodiversité et les espaces naturels de la région. Elle appuiera leurs efforts pour faciliter la mobilité durable du plus grand nombre.

Elle sera vigilante à ce que la trame verte et bleue soit réellement intégrée aux politiques publiques et privées d’aménagement du territoire

Cette Confédération s’inscrit, comme ses trois fédérations fondatrices, dans le réseau national France Nature Environnement, dont elle partage les valeurs.

NB : la dénomination de cette confédération est provisoire et sera adaptée en temps utile, en fonction du nom définitif de la région ALPC

Irrigation la jungle ?

La Nouvelle République a relaté le 7 août 2014 le sabotage du limnigraphe chargé de mesurer le débit de la rivière Clain au niveau du pont Saint-Cyprien, à Poitiers.

Selon le journal, l’Association des Irrigants de la Vienne (ADIV) revendique cet acte de vandalisme..

En détruisant le « thermomètre », les saboteurs pensent priver toute la société d’indicateur pour la rivière Le Clain à Poitiers. Ce dispositif de mesure permet une gestion de l’irrigation compatible avec tous les autres usages..

Non contents des pressions leur permettant d’irriguer, sur certains bassins, malgré les rivières asséchées, les irrigants veulent dicter leur loi et faire fi des textes qui donnent la priorité à la salubrité et à l’eau potable :.

Article L. 211-1 du code de l’environnement.

La gestion équilibrée doit permettre en priorité de satisfaire les exigences de la santé, de la salubrité publique, de la sécurité civile et de l’alimentation en eau potable de la population.

Poitou-Charentes Nature entend dénoncer ces actes inqualifiables d’une minorité qui s’approprie le patrimoine de tous.

LGV Poitiers-Limoges la provocation

Après des années de confusion, les choses étaient enfin claires :
 le premier ministre avait défini une politique de modernisation urgente du réseau ferré qui renvoyait le projet à l’horizon 2030.
 la Cour des Comptes avait condamné un projet inutile et ruineux non pas après sa réalisation mais avant même la prise de décision
 la Commission d’Enquête avait soumis la DUP à deux conditions non réalisées : un plan de financement viable pour une réalisation rapide et la réalisation d’une étude hydrogéologique approfondie dans la vallée du Clain, à Iteuil (86).

Dans ce contexte, la DUP constitue un coup de force inacceptable…

Poitou-Charentes Nature, Vienne Nature, LNE et FNE n’ont cessé de dénoncer les impacts désastreux qu’aurait cette LGV sur la biodiversité, les zones humides et les cours d’eau, sur l’économie agricole, sur le cadre de vie. Elle ruinerait les politiques de désenclavement des zones rurales traversées, et la modernisation de la ligne Paris-Toulouse par Limoges (POLT), vitale pour les territoires et défendue par de très nombreux élus.

Mais pour Poitou-Charentes Nature, Vienne Nature, LNE et FNE, l’impact le plus grave, irréversible, de cette DUP vise la citoyenneté. Elle discrédite les procédures démocratiques de participation du public et de prise de décision. Pourtant, après des années de comédie de « concertation » sur ce projet, l’occasion était belle de respecter à la fois la condamnation exprimée par la société civile, l’orientation gouvernementale, et l’avis de la Cour des Comptes.

Sur ce projet, la Cour des Comptes a magistralement analysé un processus pervers de décision : débats biaisés, succession de micro-décisions occultes, pressions des baronnies locales, données socio-économique truquées. La DUP porte à son comble ce déni de démocratie en contournant les conclusions de la Commission d’Enquête. C’est une véritable provocation à l’égard des citoyens et des associations qui ont fait l’effort de jouer le jeu de la participation.

Denez L’Hostis, président de FNE et Jean-Louis Jollivet, Vice-Président de Poitou-Charentes Nature « La DUP sur Poitiers Limoges n’est pas légitime. La création d’une nouvelle ligne a un coût économique et environnemental. Il faut donner la priorité aux transports du quotidien pour offrir une alternative à « l’auto solo », la carte du réseau ferroviaire 2014 comparée à celle du siècle précédent est à ce titre édifiante. »